Retrouvailles en famille émouvante pour ces réfugiés ukrainiens à leur arrivée en Pologne, mardi 1er mars 2022. ©AFP - Beata Zawrzel / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
Retrouvailles en famille émouvante pour ces réfugiés ukrainiens à leur arrivée en Pologne, mardi 1er mars 2022. ©AFP - Beata Zawrzel / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
Retrouvailles en famille émouvante pour ces réfugiés ukrainiens à leur arrivée en Pologne, mardi 1er mars 2022. ©AFP - Beata Zawrzel / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
Publicité
Résumé

Les ministres français et allemands des Affaires étrangères se sont rendus en Pologne pour exprimer leur solidarité avec ce pays qui accueille le gros de réfugiés ukrainiens, et exprimer ensemble leur soutien à l’Ukraine que l’Europe unie organise à grande échelle.

En savoir plus

La guerre d’Ukraine est ressentie de manière intense dans toute l’Europe, mais avec plus de gravité et d’urgence encore en Pologne. Voisine de l’Ukraine, abritant déjà plus d’un million d’Ukrainiens avant le conflit, la Pologne a reçu en quelques jours quelques 400 000 réfugiés fuyant la guerre, et vit au rythme de la grave crise provoquée par la Russie.

En signe de solidarité, les chefs de la diplomatie française et allemande, Jean-Yves Le Drian et Analena Baerbock, ont retrouvé leur collègue polonais,ZbigniewRau**,** à Lodz, pour une rencontre du Triangle de Weimar, un format regroupant les trois pays. Ils ont été rejoints en visioconférence par le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, quelque part en Ukraine.

Publicité

La Pologne et l'Europe changent sous l'effet de cette guerre

Il y a encore quelques semaines, la Pologne était en conflit ouvert avec ses partenaires, au point que l’on parle de « Polexit » de fait, une rupture de confiance sur l’état de droit et des libertés, qui lui valent des sanctions de Bruxelles. La guerre d’Ukraine le propulse au cœur du réacteur européen, obtenant la solidarité active de l’Union, et politiquement en phase avec ses partenaires dans ces heures dramatiques.

La Pologne et l’Europe changent sous l’effet de cette guerre qui secoue profondément les Européens. L’élan de solidarité des Polonais envers les Ukrainiens, de la parfaite organisation à l’accueil des réfugiés par des particuliers, force l’admiration.

Il y a bien sûr eu ces informations faisant état d’Africains bloqués à certains postes-frontières, des actes insupportables qui rappellent le refus d’admettre les réfugiés syriens en 2015, reproches auxquels le ministre polonais a répondu en promettant que « tout être humain sera accueilli, y compris les non-Ukrainiens ». A vérifier dans les prochains jours, car les valeurs défendues ici ne peuvent pas être à géométrie variable.

Mais les diplomates français en sont convaincus, cette crise « oblige la Pologne à bouger ». Venu exprimer sa solidarité, Jean-Yves Le Drian ne s’est pas privé de dire à son collègue polonais que les premiers gestes de Varsovie sur l’état de droit ne sont pas suffisants. Mais ce dialogue est devenu amical, et plus conflictuel, car il y a nécessité d’être ensemble à la hauteur du défi ukrainien.

« Une génération qui a vécu dans la paix »

Il fallait entendre hier à Lodz la ministre écologiste Analena Baerbock, pour réaliser le virage pris par l’Allemagne, face à la Russie, face aux questions de défense, et face à la nécessité de peser dans le monde. Et ce virage allemand est aussi celui de l’Union européenne, qui se refusait à briser le tabou de la « puissance ».

Parlant au nom d’une « génération qui a vécu dans la paix », la jeune ministre allemande s’est dite résolue à « montrer la capacité d’action du monde libre », un discours martial en temps de guerre au voisinage de l’Europe.

La Pologne vit cette mobilisation au plus près, en mettant en place des « hubs » pour l’aide humanitaire et militaire en faveur de l’Ukraine. Deux avions français chargés d’aide médicale destinée à l’Ukraine sont arrivés hier sur un aéroport polonais où les Ukrainiens se chargent de l’acheminer dans leur pays en guerre. Des dizaines d’avions militaires de plusieurs pays apportent, via la Pologne, une aide multiforme pour les Ukrainiens.

« Il s’est passé quelque chose », s’émerveillent les diplomates habitués à une Europe qui avançait avec difficultés. Et c’est à Vladimir Poutine que l’on doit cette unité inespérée.