L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos est accusé de harcèlement par une ancienne maîtresse. Un procès qui nuit une nouvelle fois à l'image de la monarchie espagnole. ©Getty - Alvaro Ballesteros/Europa Press
L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos est accusé de harcèlement par une ancienne maîtresse. Un procès qui nuit une nouvelle fois à l'image de la monarchie espagnole. ©Getty - Alvaro Ballesteros/Europa Press
L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos est accusé de harcèlement par une ancienne maîtresse. Un procès qui nuit une nouvelle fois à l'image de la monarchie espagnole. ©Getty - Alvaro Ballesteros/Europa Press
Publicité
Résumé

L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos n'a pas fini de nuire à l'institution monarchique : un procès intenté par son ancienne maitresse pourrait bientôt s'ouvrir à Londres. Un choc pour une monarchie contestée et fragile.

En savoir plus

La monarchie espagnole n’en a pas fini avec les scandales de l’ex-roi Juan Carlos

Petit résumé des épisodes précédents : l’ex-roi Juan Carlos de Bourbon et Bourbon, descendant direct de Louis XIV et dont la dynastie règne sur l’Espagne depuis trois siècles, a dû, en août 2020, se réfugier aux Émirats arabes unis.

Publicité

Celui qui a régné près de 40 ans sur l’Espagne, a dû fuir comme un vulgaire fraudeur, puisque dans les années qui ont suivi, il a dû s'acquitter au fisc espagnol, de centaines de milliers d’euros d’amende pour effacer ses malversations.

Je parle de millions d’euros "oubliés", de cartes de crédit occultes, de cadeaux en nature et en espèce qu’il a avoué avoir reçus. Mais le pire était à venir : un procès londonien intenté par son ex-maitresse.

C'est pire encore que les affaires de fraudes fiscales parce que que les démocraties modernes, les monarchies se subsistent que pour une seule raison : afin que le Premier ministre ne se prenne pas pour un roi. L’aphorisme est de Sylvie Bermann, ancienne ambassadeure de France en Grande-Bretagne.

Donc, lorsque la réputation de celui ou celle qui exerce ce magistère moral – aujourd’hui anachronique, il ne reste plus qu’une poignée de monarchies en Europe – est affectée, c’est tout l’édifice qui s'effondre.

Or, dans la capitale britannique, c’est de réputation dont il est question. L’ex-maitresse de Juan Carlos, Corina Larsen, résidente londonienne, y a porté plainte pour harcèlement. La question était donc de savoir si ce procès pouvait se tenir.

Les avocats du monarque déchu ont tenté d'expliquer que Juan Carlos étant roi au moment des faits, il était couvert par son immunité de chef d’Etat. En mars, le tribunal a décidé qu’un procès pouvait avoir lieu. Il y a quelques jours, un autre juge a autorisé qu’un appel était possible.

Des mois de procédures et de déballage médiatique

Aujourd’hui, Juan Carlos qui a 84 ans, n’a plus d’espoir de voir cette procédure s’éteindre rapidement. Pour peu que le procès ait lieu, tout serait déballé en place publique et dans le pays des tabloïds en plus ! Le cauchemar d’un roi !

Or la monarchie espagnole – si elle est l'une des plus anciennes d’Europe – est aussi une des plus fragiles. Les Bourbons d’Espagne ont, ces deux derniers siècles, perdu plusieurs fois leur couronne et les trois derniers héritiers ont fini en exil.

Pire encore, l’institution monarchique a été restaurée en Espagne par le dictateur Franco, juste avant de mourir. Juan Carlos ne doit sa persistance sur le trône qu’à l’indulgence des Espagnols qui lui savent gré d’avoir accompagné la démocratie renaissante.

Tout faire pour ne surtout pas ressembler à son père !

L'abdication de Juan Carlos est une opération qui a été décidée en 2014 dans l’urgence et après que l’actuel roi Philippe VI a renoncé à l’héritage de son père. Abdiquer et fuir, c’est devenu une habitude : les trois derniers rois d’Espagne s’y sont pliés.

Son fils fait tout pour marquer la différence : son père est flamboyant et charismatique, il sera falot et hiératique. Cette opération semblait plutôt avoir réussi… jusqu’à ce que les turpitudes de l’ex-roi refasse surface à Londres.

Or, si une institution aussi fragile peut survivre à des affaires de gros sous – en maintenant le fauteur de troubles à distance – il n’est pas certain, en revanche, qu’elle résiste au ridicule d’un procès à feuilletons intenté par une maitresse outragée.

Références