L'Afrique du sud, ses fermiers blancs et Donald Trump

Donald Trump soutient Troy Balderson dans l'Ohio
Donald Trump soutient Troy Balderson dans l'Ohio ©Getty - Scott Olson
Donald Trump soutient Troy Balderson dans l'Ohio ©Getty - Scott Olson
Donald Trump soutient Troy Balderson dans l'Ohio ©Getty - Scott Olson
Publicité

Un tweet du président américain pointant des "crimes de masse" de fermiers blancs sud-africains a mis le feu aux poudres à Pretoria. Donald Trump s’intéresse-t-il vraiment à l'Afrique du Sud ?

L'Afrique décidément ne réussit pas au président des Etats-Unis : en janvier 2018, il expliquait sa frustration de ne pouvoir empêcher des migrants venus de « pays africains de merde » - je cite bien sûr – de venir s'installer aux Etats-Unis.

Et voilà qu'hier, il chargeait – via twitter donc – son ministre des Affaires étrangères de surveiller de près « les meurtres à grande échelle de fermiers blancs sud-africains » quand il ne sont pas « dépossédés de leurs terres » par un gouvernement « raciste ».

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Si Donald Trump se passionne tout à coup pour l'Afrique du Sud, c'est pour des raisons strictement américaines et électorales : il a décidé d'être le défenseur, le hérault, des petits blancs – américains, sud-africains, européens – son tweet ne dit donc que cela.

Des meurtres et des expropriations de fermiers blancs largement exagérés

C'est bien le problème : si c'était entièrement faux, je ne serais pas ici pour en parler. Il est vrai que des fermiers blancs sud-africains sont régulièrement tués sur leurs terres. Pas pour des raisons politiques, mais le plus souvent pour des raisons crapuleuses :

Sauf que précisément, cette année et l'année dernière, le nombre de ces crimes n'a jamais été aussi bas depuis 20 ans : 47 contre 66 en 2016/2017. Et la baisse n'est pas circonstancielle, elle est constante. Je rappelle que l'Afrique du Sud est un pays violent.

Par contre, il est absolument vrai qu'en mars dernier, le gouvernement sud-africain a fait voter un loi dite « d'expropriation sans compensation » qui a l'avenir permettra de saisir les terres non cultivées des fermiers blancs pour les redistribuer.

Les Trois-quarts des terres arables appartiennent aux Blancs

C'est ce que prévoit la loi qui a été confirmée par le nouveau président Ramaphosa. Mais essayons de comprendre le contexte sud-africain : 24 ans après la fin de l'Apartheid, les trois-quart des terres arables sud-africaines sont encore entre les mains des Blancs.

Des blancs qui ne représentent que 9% de l'ensemble de la population. Pourquoi donc avoir attendu si longtemps pour réparer cette injustice ? J'allais dire : pour permettre aux fermiers blancs de se « retourner »... C'est presque cela en fait !

L'Agriculture ne représente plus aujourd'hui que trois petits pour-cent de la richesse produite en Afrique du Sud et n'emploie plus que 5% des Sud-Africains. Donc l'impact de la saisie des terres arables non exploitées serait aujourd'hui presque négligeable.

17 millions de Noirs à qui distribuer ces terres

Un tiers des Noirs sud-africains - 17 millions de personnes tout de même - vivent sur ce qu'on appelle des « homelands », c'est-à-dire des réserves agraires créées au début du 20e siècle et sur lesquelles il était permis aux Noirs de cultiver.

Ces « homelands » représentent 13% des terres. Pour résumer : d'un côté l'essentiel des terres, souvent en friche, est détenue par quelques milliers de fermiers blancs ; de l'autre, il y a 17 millions de Noirs à qui les redistribuer.

Quant à Donald Trump, il se fiche des fermiers blancs sud-africains : ceux qui l'intéressent sont les électeurs blancs américains qui se sentent dépossédés de « leur » Amérique et qui voteront en novembre pour les élections de mi-mandat.

L'équipe