Comment bien choisir son yoga ? ©Getty - 10'000 Hours
Comment bien choisir son yoga ? ©Getty - 10'000 Hours
Comment bien choisir son yoga ? ©Getty - 10'000 Hours
Publicité
Résumé

Vous faites peut-être partie des 10 millions de Français qui pratiquent plus ou moins régulièrement le yoga… Pourquoi le Yoga est une discipline qui abolit la séparation entre le corps et l’esprit, une sagesse incarnée que l’on ne peut réduire à un sport ou une technique de développement personnel ?

En savoir plus

Mais il est peut être difficile de s’y retrouver dans le foisonnement de style et d’écoles.

Des formes les plus traditionnelles comme hata yoga, en passant par des gadgets marketing, nous vous aiderons à y voir plus clair.

Publicité

Trouver le cours et le professeur qui vous correspondent…

Nous reviendrons sur l’histoire riche et complexe du yoga, sur ses philosophies, ses grands principes, ses bienfaits.

Coup de projecteur également sur la yoga-thérapie en compagnie d’un médecin et professeur de yoga.

Pour en parler, Ali Rebeihi reçoit :

  • Ysé Tardan-Masquelier, docteure habilitée en Histoire comparée des religions et anthropologie religieuse. Ancienne directrice et aujourd’hui responsable des projets de l’Ecole Française de Yoga.  Elle a dirigé la rédaction de l'ouvrage Yoga, l’Encyclopédie - Editions Albin Michel, 2021.
  • Lionel Coudron, médecin

Extraits de l'entretien

Lionel Coudron : "Le yoga s'inscrit dans une société. Il répond à l'angoisse existentielle et apporte une réponse à notre mal-être."

Entre 40 et 80 formes de yoga différentes

Lionel Coudron : "On peut recenser entre 40 et 80 formes de yoga différents pour le meilleur et le pire. La règle d'or, c'est d'aller dans un cours et se faire plaisir, en tirer un bénéfice, se sentir bien. C'est ce qui doit nous guider."

Ysé Tardan-Masquelier : "Si c'est trop complexe et que c'est impossible de pratiquer parce qu'il y a trop d'informations… Il faut aller chercher un autre cours.  On peut aller demander à des fédérations de yoga des listes de professeurs formés. Mais c'est important d'aller expérimenter, ressentir, poser des questions et se sentir bien dans sa pratique.

Certaines pratiques sont incohérentes avec les grands principes du yoga. C'est un peu une caractéristique de la mondialisation avec une espèce de fragmentation et une invention permanente."

La formation des professeurs

Ysé Tardan-Masquelier : "Il n'y a pas de diplôme d'État de professeur de yoga parce que les autorités ne sauraient pas trop sous quelle rubrique le placer. Est-ce un sport, un art de vivre, une spiritualité ? Mais il existe des certifications.

Il existe des formations sérieuses et plutôt longues. Elles ont un nombre suffisant d'heures pour apprendre les contenus, de telle manière que le futur professeur de yoga mûrisse, et soit plus à l'écoute des futurs élèves et de leurs besoins. Qu'il ait une conscience plus aiguë aussi de leur demande."

La base du contrat de confiance entre le professeur de yoga et ses élèves

Lionel Coudron : "On a parlé des postures, de la respiration, de la méditation, de la concentration…  Mais il y a aussi des règles qui sont ce qu'on appelle les Yama et Niyama : ce que l'on doit faire et ne pas faire. Et la première des règles est ne pas se faire mal.

ll y a un certain nombre de pratiquants du yoga aujourd'hui travaillent de façon un peu excessive sur le mode de la performance. Or ce n'est pas ce qu'on doit rechercher. La première des choses est de ne pas se faire mal, et la deuxième de se sentir bien. Ces deux éléments là doivent être pris en compte par le pratiquant qui vient auprès du professeur. Et le professeur s'engage à accompagner son élève dans cette bonne pratique.

Qu'il y ait l'âme du yoga

Lionel Coudron : "Il y a néanmoins une âme qui habite vraiment le yoga dans ce que l'on définit, comme une recherche d'un état de sérénité, de cohérence avec le corps, la respiration, les pensées. Ça implique l'ensemble du corps."

Quand faut-il se méfier ?

Le dernier rapport de la Miviludes (La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires ) ne parle presque pas du yoga : la pratique pose peu problème. Mais dans des rapports précédents, était évoquée, comme dans un certain nombre d'autres disciplines, la relation forte qui s'établit en général entre le professeur et les élèves, et la force de cette relation implique justement une éthique de la part du professeur. Le respect de ces règles et une vigilance quant aux phénomènes de dépendance et tout leur cortège d'abus éventuels.

Lionel Coulon : Il faut rappeler le professeur ne doit pas être dogmatique.

Il n'a pas la vérité absolue de la pratique du yoga. Il y a plusieurs formes de yoga, donc déjà, on doit fuir les professeurs qui vont avoir une dimension autoritaire et autoritariste.

Le yoga doit être dans la souplesse, dans la bienveillance, la vigilance.

 Et il faut qu'il y ait cette notion d'expérimentation.  Il faut aller sur place, parler avec les autres élèves et à partir de là, on peut se faire une idée.

Poser des questions

Ysé Tardan-Masquelier : "Quand on veut pratiquer le yoga, il a le droit de poser des questions aussi aux profs qu'il a en face de lui.

Il n'y a rien de secret : pourquoi on ne demanderait pas aux profs où ils ont été formés, Comment ? Quel a été leur parcours ? Ça me parait assez normal."

Références

L'équipe

Ali Rebeihi
Ali Rebeihi
Ali Rebeihi
Production
Claire Destacamp
Réalisation
Alexia Rivière
Collaboration