Comment se protéger des sectes ? ©Getty - Beatriz Vera / EyeEm
Comment se protéger des sectes ? ©Getty - Beatriz Vera / EyeEm
Comment se protéger des sectes ? ©Getty - Beatriz Vera / EyeEm
Publicité
Résumé

Environ un demi-million de Français vivraient sous l’emprise d’une secte. Des groupes sectaires souvent puissants et influents. De petites structures qui savent recruter via Internet. Quelles armes pour repérer ces sectes ?

En savoir plus

Des gourous complotistes de toutes obédiences. En profitant de la faiblesse et de la vulnérabilité de tout un chacun à certains moments de notre vie.

Guérison miraculeuse quand on est atteint d’une maladie grave…

Publicité

Promesse de bien-être et de bonheur quand on est au fond du trou…

Promesse de retrouver son énergie vitale quand on est au bout du rouleau…

Promesse de retrouver l’amour quand on est un cœur esseulé…

GBVF se mobilise pour alerter contre le péril sectaire, contre ceux qui en cette période anxiogène vous promettent le bien et qui font du mal…

▶︎ Comment avez-vous échappé à l’emprise ? Connaissez-vous des proches pris dans les filets d’une secte ? Quels sont vos conseils pour y échapper ? Au 01 45 24 7000 sans oublier l’appli France Inter.

Qu'est-ce qu'une secte pour vous Jean-Loup Adénor ?

"Nous n'utilisons pas le terme de secte pour plusieurs raisons, notamment parce qu'on s'est attaché à comprendre les mécanismes qui étaient à l'oeuvre, les préjudices et dommages que pouvaient subir les personnes qui passent par des groupes à tendance sectaire, à caractère sectaire ou présentant des risques de dérives sectaires.

Concernant l'étymologie, nous proposons une typologie entre deux types de mouvements qu'on appelle isolationnistes, qui vont vraiment couper de la société, et des mouvements plus expansionnistes qui vont chercher à avoir une influence sur la société, où les gens ne vivent pas coupés du reste du monde.

C'est très difficile aujourd'hui de considérer un groupe comme étant entièrement sectaire ainsi que les discours, soit parce qu'ils ne sont pas dans un groupe structuré, soit parce qu'il y a des discours qui circulent sur Internet, sur YouTube... Il y a des emprises qui se font de façon différentes que par le passé. Il est vrai que le phénomène évolue."

Une idée reçue voudrait que l'emprise sectaire touche forcément les plus fragiles, les plus démunis.

"Nous proposons une typologie entre des mouvements plutôt élitaires qui vont recruter dans les milieux d'affaires, par exemple la scientologie ou dans la bourgeoisie urbaine soucieuse de son bien être. Et de l'autre côté, des mouvements plus populaires qui vont profiter du retrait de l'Etat dans les quartiers populaires pour proposer, par exemple, ce qu'on appelle "un évangile de la prospérité".

Dans certains mouvements évangéliques radicaux on va expliquer à l'adepte que s'il donne 100 euros à l'Eglise, le Dieu va lui rendre son don au centuple.

Comment aider concrètement les proches qui s'inquiètent ?

"Il y a vraiment une perversité de ces réseaux là et on voit quelle est la force de ces gourous, à savoir la capacité avec intelligence de travailler sur des biais cognitifs permettant d'inverser la charge de responsabilité.

Il y a également la force de la rhétorique conspirationniste qu'on retrouve absolument partout désormais et essentiellement sur les réseaux sociaux, et qui vient appuyer le discours de rupture.

Il faut impérativement garder le contact avec la famille, ce qui peut être difficile lorsque les discussions tournent court. La rupture [avec la famille] est prévisible, il ne faut surtout pas fermer cette dernière porte, il faut faire en sorte de maintenir le lien en mesurant la manière de pouvoir aborder tel ou tel sujet, en fonction des circonstances, des discussions.

En outre, il y a un site, www.dérives-sectes.gouv.fr, qui a vocation de mettre en contact avec l'équipe de conseillers d'experts la Miviludes qui, chacun étant spécialisé dans leurs domaines respectifs, sont en mesure d'écouter, d'accompagner les victimes et les familles de victimes."

Comment ne pas se laisser prendre au piège par certains discours ?

"On a une chance aujourd'hui. On a des gens qui s'intéressent à ce type de dérives, à ce type de profils et qui vont faire ce qu'on appelle un "fact checking" assez rigoureux de tout ce qui est proposé sur YouTube.

J'invite les gens qui s'intéressent aux questions de santé et d'alimentation, qui sont tentés par un régime particulier, par un discours particulier, à se renseigner en dehors des canaux de de ces groupes là.

Il y a assez de documentation aujourd'hui. Je pense à des collectifs comme "L'extracteur", comme "No Fake Made", qui font un super travail de prévention, qui proposent un discours thérapeutique et en essayant de montrer, de convaincre les gens de l'incompétence, de la méconnaissance de certains sujets."

Comment lutter contre les dérives sectaires financières ?

"En faisant comme tout type de dérives sectaires. D'abord en confrontant le message qui est proposé par ces groupes à des personnes compétentes, qui s'y connaissent réellement en trading, qui ont fait des études et qui sont reconnues dans le domaine. Puis se renseigner.

Par exemple si vous tombez sur un groupe qui s'appelle "I'm French " ou "Be Factor", allez taper sur Google "Be Factor sectaire" et vous tomberez sur des articles. Renseignez-vous auprès des associations comme L'UNADFI, le CCMM, la Miviludes..."

Avec

Jean-Loup Adénor, journaliste pour « Marianne » et auteur. Après s’être intéressé aux réseaux chrétiens qui prétendent « guérir » l’homosexualité avec Timothée de Rauglaudre, ils signent une seconde enquête sur les nouvelles formes de dérives sectaires.

📖  LIRE - Le Nouveau Péril Sectaire. Robert Laffont, 14 octobre 2021. En collaboration avec Timothée de Rauglaudre.

Timothée de Rauglaudre, journaliste indépendant ayant travaillé notamment pour « Le Monde Diplomatique » et auteur.

Christian Gravel, préfet, secrétaire général du comité interministériel de prévention de la délinquance, de la radicalisation et de la dérive sectaire au ministère de l'Intérieur.

Droit de réponse de Weleda

Weleda est une entreprise indépendante, non cotée en bourse, dont les actionnaires placent l'impact positif sur la société au-dessus de la performance financière comme l'atteste la certification B-Corp dont elle dispose.

En voulant préciser à propos d'ISCADOR que ce produit aurait été retiré du marché le journaliste insinue qu'il s'agissait d'un produit illégal or en aucun cas ce médicament n'a été interdit à la vente ou a fait l'objet d'un retrait du marché. Il bénéficie d'une AMM dans certains pays et est indiqué comme soin de support c'est-à-dire en soutien d'un traitement conventionnel oncologique.

Références

L'équipe

Ali Rebeihi
Ali Rebeihi
Ali Rebeihi
Production
Claire Destacamp
Réalisation
Alexia Rivière
Collaboration