Echapper au stress de la rentrée
Echapper au stress de la rentrée ©Getty - Jessica Peterson
Echapper au stress de la rentrée ©Getty - Jessica Peterson
Echapper au stress de la rentrée ©Getty - Jessica Peterson
Publicité

Comment faire pour alléger la charge mentale de la rentrée ? Organisation, répartition des tâches, lâcher prise... Nos experts vous disent tout.

Depuis la rentrée, vous ressentez peut-être une surchauffe mentale. Dix mille choses à faire et à penser… Vous êtes en train de réaliser une activité et surgit dans votre tête une tonne d'autres choses à ne pas oublier.

Inscrire les enfants au judo, au foot, à la danse, au conservatoire, au centre aéré, prendre rendez-vous chez le pédiatre, le dentiste, chez le dermato, faire les courses, planifier les repas, ranger, faire le ménage… Une surchauffe mentale qui parasite souvent le bien-être et la santé des parents, et particulièrement des mères.

Publicité

En période de rentrée, surchauffe et charge mentale

Le concept de charge mentale a été théorisé par la chercheuse canadienne Nicole Bricq, qui parle d'un travail de gestion, d'organisation et de planification qui est à la fois intangible, incontournable et constant, et qui a pour objectif la satisfaction des besoins de chacun et la bonne marche du foyer. En 1984, la sociologue française Monique Haicault définissait la charge mentale comme le fait de devoir penser à un domaine alors qu'on se trouve physiquement dans un autre. Il a été fortement popularisé en France par l'illustratrice Emma et ses bandes dessinées. Cette charge mentale est encore très majoritairement assumée par les femmes, et les mères particulièrement.

Quand la charge mentale est écrasante, on parle de surchauffe mentale, c'est une situation dans laquelle on demande à notre cerveau de traiter plus d'informations que ce qu'il est réellement capable de traiter. C'est une situation qu'on vit très fréquemment puisque ça arrive très vite, lorsque l'on est parent.

Béatrice Kammerer, journaliste spécialisée en éducation, explique qu'il y a un mouvement de fonds, tout au long du XXᵉ siècle, où ce que l'on demande aux parents est de plus en plus important. Lorsque l'on se retourne sur ce que les parents des années 1950 faisaient, c'était plus facile. Et au fur et à mesure, on a augmenté ces attentes. Parfois pour le meilleur ! Mais cela va avec son lot de fatigues. Aujourd'hui, pour être un bon parent, il faut à la fois mener de front sa carrière, sa parentalité et satisfaire tous les critères. Cela peut être bien lourd à porter, surtout en période de rentrée.

Comment faire pour s'en sortir ?

Voici quelques éléments de réponse et des conseils donnés dans l'émission par nos spécialistes :

  • Ne pas se mettre trop de pression

Gaël Allain, docteur en psychologie cognitive, défend le concept d'écologie intellectuelle. En effet, pour lui, notre cerveau, exactement à l'image de ce qui se passe au niveau de la planète, est trop sollicité. Nous lui demandons de faire trop de choses en même temps, d'essayer de mobiliser trop de ressources intellectuelles. Et c'est voué à l'échec parce que de toute façon, nous n'avons pas les ressources et l'énergie nécessaires. Selon lui, il faut essayer de se détendre un peu. Nous avons tout à fait le droit d'avoir nos petites imperfections. En ce qui concerne l'éducation, là encore, soyons un petit peu cool, et raisonnable. Pour Béatrice Kammerer, il faut revoir à la baisse les exigences, que ce soit en termes de parentalité, et en termes d'organisation. Elle a l'impression qu'il faut être des super machines, et c'est sans doute cela qui nous pousse droit vers le mur.

  • Faire participer les enfants aux tâches

En ce qui concerne la participation des enfants aux tâches de la maison (rangement, nettoyage, etc.), comment faut-il les inclure ? Pour Anne-Claire Kleindienst, psychologue clinicienne, c'est tout à fait sain de développer leurs compétences et de les emmener vers l'autonomie. Au départ, ça ne va pas forcément très vite – et peut faire perdre un peu de temps –, mais c'est un apprentissage. Mises bout à bout, les tâches peuvent être chronophages, et l'aide des enfants est tout à fait bonne à prendre.

Avant 6 ans, on peut leur proposer de ranger leurs chaussures, d'accrocher leur manteau, de passer un coup d'éponge, ranger leurs jouets, mettre le linge sale dans la panière, débarrasser la table... Entre six et sept ans, ils peuvent faire leur lit, mettre la table, vider le lave-vaisselle, plier le linge... Entre huit et neuf ans : ranger les courses, passer le balai, préparer les bagages, trier le linge... Entre dix et onze ans, on peut ajouter passer l'aspirateur, changer les draps, préparer le repas. Et après douze ans, pourquoi pas acheter le pain, passer la serpillière, vider les poubelles.

  • Faire des pauses

Ça peut être plus facile à dire qu'à faire mais Gaël Allain l'affirme, c'est nécessaire pour notre cerveau en surchauffe de s'accorder de petits moments de répit dans la journée. Le cerveau va utiliser tous ces petits moments de rien pour faire plein de choses et notamment pour gérer des émotions, pour faire de la mise à jour en mémoire. Et puis, c'est dans ces moments-là que l'on peut avoir une bonne idée. L'on peut s'accorder ces moments lors de pauses cigarette sans cigarette, par exemple. Pour Anne-Claire Kleindienst, aller marcher un peu permet aussi de redonner de l'oxygène au cerveau.

  • Organiser et anticiper

Pour Anne-Claire Kleindienst toujours, plus on s'organise et moins on est en difficulté de voir les choses nous arriver dessus. Il y a cette forme d'anticipation qui n'est pas destinée à la surchauffe mais au contraire à vivre les choses plus tranquillement. Une auditrice donne d'ailleurs un exemple. Elle cuit le dimanche tous les légumes et féculents pour la semaine, et cela lui permet au final de gagner du temps.

🎧 Pour d'autres conseils avisés, écoutez l'émission dans son intégralité...

Invités

  • Béatrice Kammerer, journaliste spécialisée en éducation. Son livre : L'éducation vraiment positive (Larousse, 2019)
  • Anne-Claire Kleindienst, psychologue clinicienne. Son livre : Petit décodeur illustré de l'ado / des parents en crise (Mango)
  • Gaël Allain , docteur en psychologie cognitive, spécialiste de la mémoire et de l’attention. Son livre : Surchauffe mentale : Arrêtez de tout contrôler et lâchez prise (Larousse, 2019)
  • La chronique Ma vie de Parent Gwénaëlle Boulet, Rédactrice en chef de Popi, Pomme d'Api & Pomme d'Api Soleil

L'équipe

Ali Rebeihi
Ali Rebeihi
Ali Rebeihi
Production
Claire Destacamp
Réalisation
Camille Poux-Jalaguier
Collaboration
Alexia Rivière
Collaboration