Comment se défendre face au harcèlement scolaire ?
Comment se défendre face au harcèlement scolaire ? ©Getty - FangXiaNuo
Comment se défendre face au harcèlement scolaire ? ©Getty - FangXiaNuo
Comment se défendre face au harcèlement scolaire ? ©Getty - FangXiaNuo
Publicité

Quelques armes très concrètes contre le harcèlement scolaire. Des actes qui se passent au collège, au lycée, durant des activités extrascolaires qui se caractérisent par de la violence, des agressions répétées, et un isolement de la victime.

Le harcèlement scolaire se fonderait le plus souvent sur l’apparence physique, un handicap, le sexe, l’identité de genre, l’appartenance à un groupe social, ethnique, ou à des centres d’intérêt différents, avec un risque accru à la fin du primaire et au collège.

Des experts aident vos enfants et petits-enfants à répondre aux moqueries, violences physiques, insultes, racket, à ne plus être des victimes. Ils leur donnent la confiance nécessaire pour se défendre le temps de cette émission.

Publicité

Très souvent les enfants harcelés sont ressentis par les harceleurs comme des enfants qui vont manquer d'estime d'eux-mêmes, qui vont manquer de confiance et exprimer une certaine fragilité. Surtout que le collège et le lycée correspondent à une période où on est souvent plus sensible aux moqueries, et où la maturité est en plein développement. Pour leur redonner confiance et éviter d'entretenir le phénomène de harcèlement dont ils peuvent se retrouver victimes, voici quelques conseils pratiques délivrés par le docteur Philippe Aïm

"Apprendre à ne pas réagir comme le voudrait le jeune harceleur" 

Dr Philippe Aïm : "Alors que très souvent un enfant harcelé réagit naturellement et exprime sa tristesse ou sa colère face à son harceleur, en lui répétant sans cesse d'arrêter, ou d'essayer désespérément de l'ignorer, tout cela va au contrairement avoir pour effet de récompenser le harceleur. C'est quelque chose qui n'est pas intuitif et qui doit s'apprendre et que les parents doivent transmettre à leur enfants : 

C'est très déstabilisant d'être gentil. C'est très déstabilisant d'être désolé par rapport à quelqu'un qui voudrait juste qu'on réponde par la colère

Il faut apprendre à nos enfants que les relations sont un jeu psychologique et que, comme un jeu de rôle, on peut apprendre à retourner le harceleur contre ses propres contradictions. Quand on dit à son harceleur d'arrêter, il n'a qu'une envie c'est de recommencer parce que ça marche, il sent qu'il vous attriste et vous fait du mal. Il faut justement apprendre à lui faire comprendre qu'on accepte ses mots telle une critique normale pour le désarçonner et lui faire comprendre que, non, vous ne réagissez pas du tout comme il l'aurait souhaité, sans tristesse (même si c'st compliqué au début). C'est une forme de contre attaque pour devenir invulnérable. Car qu'est-ce qui fait qu'on continue à harceler ou à être harcelé ? C'est lorsque le harceleur voit que ça marche".

Exemple pratique 

Harceleur : "T'es con". 

Harcelé : "Ah, tu trouves ?" 

Harceleur : "Ben oui !" 

Harcelé : "Ah ok, c'est vrai, il y a des gens qui pensent ça de moi. Mais il y en a d'autres qui pensent le contraire. Mais, moi par contre, je te trouve vachement intelligent". 

La règle d'or : "traiter nos ennemis en amis"

Dr Aïm : "Il faut paraître amical pour que ce soit déstabilisant. Dans le cas contraire, le harceleur aura une sorte de récompense à son comportement. Qu'est-ce qui le déstabilise ? C'est que malgré le fait qu'il s'approche de moi en ennemi, je le traite en ami. 

Il n'aura pas d'autre choix que de se dire que c'est dur de continuer à être méchant avec sa victime puisqu'elle est sympa avec lui. L'idée, c'est de retourner la situation contre lui en répondant positivement". 

Que faire en cas de provocation physique et d'humour noir répétitif ? 

Dr Aïm : "Comme toujours, c'est souvent de la provocation. Il faut se retourner vers lui ou elle, mettre les mains en avant et lui demander s'il y a un problème avec vous-même ? Pourquoi la personne est-elle fachée contre vous, l'interroger avec la plus grande des surprises pacifiques". 

Le témoignage de Tessæ, elle-même harcelée à l'école 

Tessæ : "Dès l'école primaire, on m'a dépeint comme si la personne que j'étais ne rentrait pas dans le moule. J'étais considéré comme trop en retard, trop longue à apprendre comparé aux autres… je jouais à la poupée… je vivais indépendamment… je m'en foutais un peu de comment les autres pouvaient prendre la chose. Sauf que c'est comme si on m'avait coller une étiquette d'un enfant victime et fragile, et donc la parfaite cible facile pour certains.

Je n'ai jamais réalisé que j'étais victime de harcèlement

Ce sont des médecins qui me l'ont révélé parce que, pour moi, ce n'était pas possible que du harcèlement se traduise par des mots et des remarques venant de la part de personnes que je considérais comme des amis. Dès qu'on se moquait de moi, je considérais que c'était normal, que je le méritais sauf que ça a crée un cercle vicieux qui ne faisait qu'entretenir la moquerie des autres. 

Moqueries sur mon physique, au collège, parce que je ne semblais pas assez féminine, dans le sens où j'avais trop de poils, et la pilosité, forcément ça ne va pas avec la féminité… Je ne me maquillais pas, ou j'ai mis très longtemps avant de m'habiller toute seule. Tout cela était une source de moquerie pour les autres." 

Harcèlement sexuel

"En troisième, des élèves de 6e m'insultaient, tentaient de toucher mes parties intimes

Ces personnes ne l'ont pas fait qu'à moi seulement. Trois garçons de 6e m'avaient pris comme cible, me lançant des petites remarques déplacées dans la cour. Un jour, ils sont sortis en même temps que moi de l'école et m'ont suivi. Ils ont essayé de mettre leurs mains dans mes parties intimes, m'ont collée contre un mur et se sont frottés à moi." 

Harcèlement en ligne 

Puis, durant mon passage de troisième au lycée, j'ai découvert les réseaux sociaux, dont Twitter, où la haine gratuite est déversée. Je me suis fait des amis qui, du jour au lendemain, se sont retournés contre moi et ont décidé de m'insulter sans que je réalise que des comptes avaient été créés pour me dire que je devais me suicider et qu'il ne fallait pas que je rate ma tentative". 

▶︎ La suite à écouter…

Avec 

Tessae, chanteuse et auteure. 

📖 LIRE - Frôler les murs (JC Lattès) 

Pr Philippe Aïm, psychiatre  

📖 LIRE - Harcèlement scolaire (le guide pratique pour aider nos enfants à s’en sortir) (Plon)

Pr Alexandre Hubert, pédopsychiatre à l'hôpital Robert Debré

📖 LIRE - L'enfance en question - Déjouer le stress à l'école (Nathan)

▶︎ Et vous, racontez-nous vos solutions contre le harcèlement scolaire au 01 45 24 7000 et en laissant une note vocale sur l’appli France Inter.