Quels sont les bienfaits de la littérature jeunesse sur le développement de l'enfant ?
Quels sont les bienfaits de la littérature jeunesse sur le développement de l'enfant ? ©Getty - Maurizio Siani
Quels sont les bienfaits de la littérature jeunesse sur le développement de l'enfant ? ©Getty - Maurizio Siani
Quels sont les bienfaits de la littérature jeunesse sur le développement de l'enfant ? ©Getty - Maurizio Siani
Publicité

Quels sont les bienfaits de la littérature pour les plus jeunes ? Comment les livres jeunesse accompagnent les enfants dans leur développement ?

Depuis le Télémaque de Fénelon, publié en 1699, à destination du jeune duc de Bourgogne, la littérature de jeunesse détient une fonction éducative, morale. Elle a aussi pour ambition de distraire les jeunes lecteurs, de contribuer à forger leur personnalité, à transmettre des savoirs. C’est également une littérature d’évasion, de l’imaginaire. Sans oublier d’éclairer sur de grandes questions existentielles ou d’actualité…

À l’occasion du salon du livre et de la presse jeunesse qui se déroule en ce moment à Montreuil jusqu’au 5 décembre, nous nous interrogeons sur les multiples bienfaits du livre destiné aux enfants et aux adolescents.

Publicité

En compagnie de l’écrivaine Susie Morgenstern et du créateur de Mortelle Adèle, Mr Tan alias Antoine Dole.

Ce que permet la littérature jeunesse

  • Le plaisir

Pour Susie Morgenstern, c'est le plaisir avant tout ! L'autrice, décrite comme très joyeuse et flamboyante par les invités, veut que les enfants s'amusent et se divertissent en lisant ses livres.

  • Explorer le réel

Pour Gwenaëlle Boulet, cela permet de découvrir d'autres réalités que la sienne : "C'est surtout une stratégie d'exploration du réel. L'exemple qu'on donne, c'est comme si vous mettez dans un récit qu'on va s'envoler. C'est avant tout pour explorer le fait qu'on ne vole pas. Et donc la littérature jeunesse va permettre à l'enfant, aux bébés de pouvoir commencer à explorer le réel à travers l'imaginaire. Et ça, c'est quelque chose qui est incroyable et formidable pour la vie."

  • Un exutoire

Vivre ce qu'on n'a pas le droit de vivre ailleurs, c'est aussi ce que permet la littérature jeunesse. Gwenaëlle Boulet explique cela à propos de Mortelle Adèle, qui fait beaucoup de bêtises, et qui est à certains égards une peste : "Ce que permet Mortelle Adèle, c'est de vivre tout ce qu'ils n'ont pas le droit de vivre dans la vraie vie, pas le droit de dire en tout cas, c'est-à-dire toute cette méchanceté un petit peu qu'on a aussi au fond de nous ou qu'on ne veut pas toujours s'avouer, qu'on ne peut pas dire, parce qu'il faut être poli, qu'il faut être gentil et que les enfants doivent rentrer quand même assez vite dans des cases. Mortelle Adèle est aussi un exutoire pour pouvoir oser exprimer des choses qu'on a en soi."

Julien Bisson est tout à fait d'accord avec cette idée et apporte d'autres exemples : "Ce sont les personnages de Roald Dahl, la potion magique de Georges Bouillon, dans lequel Georges va maltraiter sa grand-mère. C'est Matilda qui se venge de tous ceux qui peuvent la mépriser, lui faire du mal."

  • Du réconfort

La littérature jeunesse peut aussi constituer un réconfort, pour les enfants et les adolescents, qui ne vivent pas forcément des choses faciles. Certains ont par exemple besoin de s'identifier, pour se sentir moins seuls, comme l'explique Susie Morgenstern : "Comme dans Privée de bonbecs, qui parle d'une petite fille diabétique. Il y a toujours un enfant dans une école qui me dit merci pour ce livre parce que lui aussi est diabétique. Et puis un jour, dans une classe, un petit garçon m'a donné une enveloppe, dans une enveloppe, dans une autre, dans une autre... Et il a dit : "surtout, ouvrez-la dans votre chambre d'hôtel, ce soir. Ne l'ouvrez pas ici." Le soir, dans ma chambre d'hôtel, je l'ai ouverte et il y avait écrit : 'Moi aussi, je suis juif.' C'est aussi la possibilité pour les enfants de trouver quelqu'un qui vit la même chose. Peut-être que les petites filles grosses sont contentes de me voir aussi. J'ai écrit Confession d'une grosse patate, et beaucoup de gens m'ont écrit pour ça."

Antoine Dole, à propos de Mortelle Adèle, qui est aussi un personnage qui aide les enfants à affronter des difficultés parfois complexes, dit : "Je trouve ça cool de s'identifier à un personnage bizarre, de se dire : 'j'ai le droit d'être bizarre et ça peut être chouette.' Pour moi, c'est une sacrée victoire."

Julien Bisson, qui explique que la littérature jeunesse vient au départ des contes de fée résume les diverses fonctions de la littérature jeunesse : "C'est à la fois une forme d'évasion, une forme de divertissement, mais aussi une forme d'apprentissage pour l'enfant." Que des atouts !

Une émission en partenariat avec Le 1 des Libraires.

Invités

Antoine Dole. Écrivain et scénariste français. Il publie également sous le pseudonyme de Mr. Tan, entre autres pour sa série "Mortelle Adèle".

📖 Mortelle-Adèle. Tome 19 "Face de Beurk !" aux Editions Bayard, sorti le 19 octobre 2022.

📖 Mortelle-Adèle. "Debout les bizarres" aux Editions Bayard, sorti le 31 août.

💿 365 jours pour être sage ! Une collaboration Mr Tan & Co et Sony, sorti le 25 novembre 2022.

Julien Bisson. Rédacteur en chef de l'hebdomadaire Le 1, dirige Le 1 des libraires. Chroniqueur sur France Inter.

📖Hors-série du “1” intitulé “Pourquoi rêvons-nous de mondes imaginaires”, paru le 23 novembre.

Susie Morgenstern. Écrivaine de livres pour enfants.

Christilla Pellé-Douë. Journaliste en charge des pages livres chez Psychologies.

Et la chronique "Ma vie de parents" de Gwenaëlle Boulet.

Ma vie de parent
5 min

L'équipe