Votations fédérales en Suisse (illustration)
Votations fédérales en Suisse (illustration) ©AFP - ANDREE-NOELLE POT / KEYSTONE
Votations fédérales en Suisse (illustration) ©AFP - ANDREE-NOELLE POT / KEYSTONE
Votations fédérales en Suisse (illustration) ©AFP - ANDREE-NOELLE POT / KEYSTONE
Publicité

Les citoyens genevois exigèrent en 1707 de « voter par billets » qu’ils pliaient dans des « loges » à l’abri des regards. C'est ce que nous apprend Raphaël Barat, dans son livre "Voter pour rien.1691, le jour où les citoyens menacèrent de “faire sauter les vieux”.

Avec
  • Paulin Ismard Professeur d'histoire grecque à l'Université d'Aix-Marseille
  • Mathilde Larrère maître de conférences à l'université de Paris-Est Marne-la-Vallée, spécialiste de l'histoire des révolutions français du XIXe siècle et chroniqueuse pour Arrêt sur images et Mediapart

Voter d’accord, mais pour quoi faire ? Alain Krivine, candidat de la LCR aux élections présidentielles de 1969, se posait la question. Un an plus tôt, un slogan avait fleuri entre les pavés de mai, que l’on entend encore à l’occasion dans certaines manifestations : « élections, piège à cons ». Jean-Paul Sartre en fit le titre d’un article qu’il publia en 1973 dans Les Temps modernes. On y lit ceci : « L’isoloir, planté dans une salle d’école ou de mairie, est le symbole de toutes les trahisons que l’individu peut commettre envers les groupes dont il fait partie ». Etrange, quand on se souvient que le secret du vote est une des grandes revendications populaires du XIXe siècle, pour que le suffrage ne reconduise pas la république des notables.

Sur un point toutefois, Sartre a raison : l’histoire du vote ne manie pas seulement de grands principes, mais des meubles, des objets, des rituels et des manières de faire. Une histoire concrète, qui est aussi une histoire de longue durée, n’ayant pas attendue le sacre des citoyens à l’âge du suffrage universel pour inventer ses procédures.

Publicité

Savez-vous que les citoyens genevois exigèrent en 1707 de « voter par billets » qu’ils pliaient dans des « loges » à l’abri des regards ? Moi je ne le savais pas, avant de lire le livre de Raphaël Barat, qui nous raconte le jour, en 1691 à Genève, « où les citoyens menacèrent de “faire sauter les vieux” » tel est son sous-titre.

A la question « Voter pour quoi faire ? », il a une réponse à apporter, et elle nous vient d’un passé ancien, à distance des généalogies convenues de la souveraineté. Il est notre invité dans « Histoire de », bientôt rejoint par notre sociétaire du jour, Paulin Ismard et une invitée spéciale, guest star, Mathilde Larrère.

BIBLIOGRAPHIE

  • Raphaël Barat, Voter pour rien. 1691, le jour où les citoyens menacèrent de “faire sauter les vieux”, Paris, Payot, 2022.
  • Raphaël Barat, “Les élections que fait le peuple”. République de Genève, vers 1680-1707, Genève, Droz, 2018.
  • Christophe Le Digol, Virginie Hollard, Christophe Voilliot et Raphaël Barat dir., Histoires d’élections. Représentations et usages du vote de l’Antiquité à nos jours, Paris, CNRS, 2018.
  • Olivier Christin, “Vox Populi”. Une histoire du vote avant le suffrage universel, Le Seuil, 2014.
  • Corinne Péneau dir., Elections et pouvoirs politiques du VIIe au XVIIe siècle, Bordeaux, Bière, 2008.
  • Mathilde Larrère, Lieux et symboles de la République, Paris, CNRS Editions (« Documentation photographique »), 2019

L'équipe

Patrick Boucheron
Patrick Boucheron
Patrick Boucheron
Production
Ophélie Vivier
Collaboration
Xavier Pestuggia
Réalisation