Gigantesque feu de Landiras (Gironde) qui a détruit 6.000 hectares de forêt le 10 août 2022.
Gigantesque feu de Landiras (Gironde) qui a détruit 6.000 hectares de forêt le 10 août 2022. ©AFP - BENJAMIN GUILLOT-MOUEIX / HANS LUCAS
Gigantesque feu de Landiras (Gironde) qui a détruit 6.000 hectares de forêt le 10 août 2022. ©AFP - BENJAMIN GUILLOT-MOUEIX / HANS LUCAS
Gigantesque feu de Landiras (Gironde) qui a détruit 6.000 hectares de forêt le 10 août 2022. ©AFP - BENJAMIN GUILLOT-MOUEIX / HANS LUCAS
Publicité

Est-ce la fin de l’innocence ? Avec trois vagues de chaleurs, l’été 2022 est le deuxième été le plus chaud, après 2003. Cette fois-ci, nous assure-t-on, on a compris. Mais en est-on certain ? C’est quand l’inéluctable ?

Avec
  • Jean-Baptiste Fressoz Historien des sciences, des techniques et de l'environnement
  • Manon Pignot Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Picardie-Jules Verne
  • Cécile Dunouhaud Professeur agrégé d'histoire

C’est la rentrée, et nous sommes heureux de vous retrouver pour une nouvelle saison de « Histoire de ». Sera-t-elle chaude, cette rentrée ? Oui sans doute, mais l’été aussi a été chaud — sauf si vous habitez dans un igloo, je pense que vous êtes au courant.

Des canicules, on en a souvent parlé légèrement, ­ comme dans ce reportage de juillet 1949. Ces images — des enfants qui s’ébrouent, des plages, des glaces — furent longtemps celles qu’utilisèrent les journaux télévisés pour illustrer ce marronnier d’été, jusqu’à la canicule meurtrière de 2003 en France.

Publicité

Est-ce la fin de l’innocence ? Avec trois vagues de chaleurs du 15 juin au 13 août et 33 jours où l’anomalie de température atteint +2,3 degrés par rapport à la moyenne des trente dernières années, l’été 2022 est le deuxième été le plus chaud, après 2003 justement.

Désormais, on arrête de rire, cela se voit comme un beluga dans la vallée de la Seine. Sécheresses, orages, incendies : le dérèglement climatique est notre horizon commun, et il frappe plus catastrophiquement encore au Pakistan ou au Kenya. Un seul monde — et c’est maintenant.

Tout autant que celui de canicule, il est un mot qui a tourné en boucle cet été, c’est celui de prise de conscience. Cette fois-ci, nous assure-t-on, on a compris. Mais en est-on certain ? C’est quand l’inéluctable ? Telle est la question qu’on a voulu poser à notre premier invité, Jean-Baptiste Fressoz, historien de l’environnement, bientôt rejoint dans la seconde partie de l’émission par Cécile Dunouhaud et notre sociétaire du jour, Manon Pignot.

BIBLIOGRAPHIE

Jean-Baptiste Fressoz et Fabien Locher, Les révoltes du ciel. Une histoire du changement climatique, XVe-XXe siècles, Paris, Seuil, 2020, rééd. « Point Histoire », 2022.

Christophe Bonneuil et Jean-Baptiste Fressoz, L’événement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil, 2013, rééd., « Ponts Histoire », 2016.

Nikolaj Schultz, Mal de Terre, Paris, Payot, 2022.

Gille Legroux et Cécile Dunouhaud, «  La canicule de 1911 : l’été et ses dangers », Clio-Texte

Catherine Rollet, «  La canicule de 1911. Observations démographiques et médicales et réactions politiques », Annales de démographie historique, 2010/2 (n° 120), p. 105-130

L'équipe

Patrick Boucheron
Patrick Boucheron
Patrick Boucheron
Production
Xavier Pestuggia
Réalisation
Ophélie Vivier
Collaboration