Nos nuits radiophoniques

La nuit n'a pas sommeil
La nuit n'a pas sommeil ©Getty - Rahul Piljen / EyeEm
La nuit n'a pas sommeil ©Getty - Rahul Piljen / EyeEm
La nuit n'a pas sommeil ©Getty - Rahul Piljen / EyeEm
Publicité

Marine Beccarelli, autrice de Micros de nuit, histoire de la radio nocturne en France (Presses universitaire de Rennes)

Nous célébrons ces jours-ci les cent ans de la mort de quelqu’un qui, longtemps, s’est couché de bonne heure. Mais s’il avait vécu plus longtemps, Marcel Proust aurait pu, comme Gaston Bachelard et Michel Tournier que vous venez d’entendre, se perdre dans cet espace de liberté et d’intimité qu’offraient les nuits radiophoniques, lorsque les émissions ressemblaient, selon le mot de Jean Cocteau, « à une partie de cache-cache entre fantômes ». Bon, d’accord, vous avez aussi entendu la voix de Gonzague Saint-Bris, animateur de la Ligne ouverte sur Europe 1. C’est qu’il faut de tout pour faire un monde de la nuit, des routiers et des artistes, des travailleuses du sexe et des désespérés, toutes et tous unis dans la communauté des sans-sommeil, comme le disait Macha Béranger.

Il y eut, entre la nuit et la radio, une histoire d’amour, de ces histoires qui se terminent mal en général — depuis 2012, les heures noires ne sont plus fidèles au poste, à moins que ce ne soit l’inverse. Est-ce par nostalgie qu’on s’y intéresse ?

Publicité

Dans mon cas, ce n’est pas impossible — moi qui fut enfant quand la télévision se donnait pour mission de nous endormir ("Bonne nuit les petits"), et devînt adolescent lorsque la radio cherchait à nous maintenir en éveil. Aujourd’hui, pour le coup, c’est l’inverse.

Non, si nous en parlons aujourd’hui, c’est aussi parce que l’histoire de notre rapport à la nuit est un redoutable révélateur de la manière dont une société consent à sa propre liberté.

Nous en parlons dans Histoire de avec Marine Beccarelli, historienne de nos nuits radiophoniques, rejointe dans la seconde partie de l’émission par Alain Cabantous, historien de nos nuits anciennes, et par notre sociétaire du jour, Adila Bennedjaï-Zou. Il y avait sur la RTF du début des années 50 une émission de Louis Mollion qui s’appelait "Le Bureau des rêves perdus". Et bien entrons-y à nouveau, dans ce bureau des rêves perdus.

Programmation musicale

Beth Orton "Fractals"

Bibliographie

Marine Beccarelli, Micros de nuit. Histoire de la radio nocturne en France, 1945-2012, Rennes, PUR, 2021, préface de Pascal Ory.

Marine Beccarelli, Les Nuits du bout des ondes. Introduction à l’histoire de la radio nocturne en France, 1945-2013, Paris, INA éditions, 2014.

Marine Beccarelli, « Les Nuits du bout des ondes », podcast en six épisodes, INA, 2021 : https://madelen.ina.fr/serie/les-nuits-du-bout-des-ondes

Alain Cabantous, Histoire de la nuit, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2009.

Antoine de Baecque, Les nuits parisiennes, XVIIIe-XXIe siècle, Paris, Seuil, 2015.

Michaël Fœssel, La nuit. Vivre sans témoin, Paris, Autrement, 2017.

L'équipe