Manifestation du MLAC, mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception (1974)
Manifestation du MLAC, mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception (1974) ©Getty - Denis CITTANOVA/Gamma-Rapho
Manifestation du MLAC, mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception (1974) ©Getty - Denis CITTANOVA/Gamma-Rapho
Manifestation du MLAC, mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception (1974) ©Getty - Denis CITTANOVA/Gamma-Rapho
Publicité

Le film Annie Colère en salles mercredi prochain, est un film puissant, admirable et nécessaire. L'histoire du MLAC qui impose en 1973 des cellules d'accompagnement à l'avortement grâce à la méthode Karman, moins douloureuse et peu coûteuse. La légalisation de l’IVG en 1975 devient inéluctable.

Autant le dire d’emblée, et simplement. Le film de Blandine Lenoir dont vous venez d’entendre un extrait, Annie Colère, qui sort sur nos écrans mercredi prochain, est puissant, poignant, admirable, nécessaire. Il raconte l’histoire d’un groupe de femmes qui s’empare d’un savoir pour imposer leur pouvoir. En avril 1973, le Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception impose partout en France des cellules pour accompagner les femmes qui souhaitent avorter, devenant les expertes profanes de cette méthode moins douloureuse et peu coûteuse, la méthode Karman. Ainsi, elles rendent inéluctable la légalisation de l’IVG, dite loi Veil, en 1975.

Sont-ce les grands hommes qui font l’histoire ? Pour une fois, ce serait ici une grande femme, Simone Veil — mais son combat fut précédé par celui, opiniâtre et doux, cette classe de femmes qu’on a oublié. On ne devrait pas l’oublier. Car lorsque partout ou presque le droit à l’avortement recule ou risque de reculer, on peut l’inscrire dans la constitution, mais on le

Publicité

protégera davantage en rappelant sa mémoire, en donnant à voir ce trésor d’expérience que l’actrice Laure Calamy, à la fois extraordinaire et magnifiquement ordinaire, définit à la fin du film comme, et c’est bouleversant, un savoir fait de tendresse et de rigueur.

De tendresse oui. Et vous savez quoi ? Ceux qui ne comprennent pas qu’il y a aussi dans ces scènes que le cinéma montrent pour la première fois un acte d’amour, ceux qui ne voient pas ça, on doit les combattre sans doute, mais moi, d’abord, je les plains. Car la colère qui donne son nom à l’héroïne du film est celle que provoque l’inattention à la souffrance. On en parle dans « Histoire de », avec la sociologue Lucile Ruault, rejointe dans la seconde moitié de l’émission par la réalisatrice Blandine Lenoir et le sociétaire du jour, Antoine de Baecque.

Bibliographie

Lucile Ruault, Le spéculum, la canule et le miroir. Les MLAC et mobilisations de santé des femmes, entre appropriation féministe et propriété médicale de l’avortement (France, 1972-1984), thèse de sciences politiques de l’université de Lille, 2017.

Lucile Ruault, « Apprendre à (s’)avorter. À propos des modes d’élaboration et de validation des savoirs dans des groupes profanes de pratique abortive militante », Zilsel, 9, 2021/p. 257-270 : https://www.cairn.info/revue-zilsel-2021-2-page-257.htm

Lucile Ruault, « Histoires d'A et méthode K : La mise en récit d'une technique et ses enjeux dans le mouvement pour l'avortement libre en France ». Sociétés contemporaines, 121, p. 139-170 : https://doi.org/10.3917/soco.121.0139

Bibia Pavard, Florence Rochefort, Michelle Zancarini-Fournel, Ne nous libérez pas, on s’en charge. Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours, P

Bibia Pavard, « Genre et militantisme dans le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception. Pratique des avortements (1973-1979) », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 29, 2009, p. 79-96 : https://journals.openedition.org/clio/9217

Hélène Fleckinger, « Histoires d’A : un moment de la lutte pour la liberté de l’avortement », La Revue Documentaires, 22-23, 2010, p. 181-199. https://doi.org/10.3917/docu.022.0181.

Antoine de Baecque, Chabrol, Paris, Stock, 2021.

Mathieu Potte-Bonneville, « Archéologie de la véhémence » (2018) : http://mathieupottebonneville.fr/2019/07/09/archeologie-de-la-vehemence/

L'équipe