Publicité
Résumé

Les consommateurs retrouvent le chemin des boutiques, mais les sites de commerce en ligne sont décidés à conserver la clientèle gagnée pendant les confinements… Et ils cherchent tous les trucs possibles, comme le "acheter maintenant, payer plus tard", avec un nouvel acteur, le suédois Klarna.

En savoir plus

La dernière tendance à la mode, celle dont vous allez entendre parler dans les prochains jours s’appelle « achetez maintenant, payez plus tard ». Vous l’entendrez peut-être en anglais:  “buy now pay later” . Ou désignée par ses initiales: BNPL. 

Pourquoi en anglais ? Parce que ce ne sont pas les banques françaises, ni les sociétés de crédit à la consommation, les Cetelem ou Cofidis, qui proposent ces services. Ce sont de nouveaux acteurs, souvent étrangers. 

Publicité

Le plus gros est suédois. Il a des accords avec H&M, Ikea, Asos, Sephora, Nike, Adidas... Il a le statut de banque et il s’appelle Klarna. Il débarque officiellement en France aujourd’hui. On pourrait aussi citer quelques concurrents, y compris français comme Oney ou Floa. 

Et qu’est ce qu’ils proposent exactement ? 

Au moment de régler votre achat sur un site Internet, vous avez le choix entre deux options: payer normalement ou payer avec Klarna, pour bénéficier, gratuitement, d’un paiement fractionné en trois fois, sans frais, sur 90 jours. 

En Allemagne, Klarna s’est développé en proposant le paiement à 14 jours, qui vous permet d’essayer ou de voir les articles que vous avez achetés en ligne avant de les payer.  Zalando fait ça aussi. Si vous les retournez, vous ne déboursez rien. 

Si vous êtes acheteur compulsif en ligne, la gestion de ces retours et remboursements peut être complexe. Si vous faites un achat important, vous pouvez étaler le paiement.

Si vous êtes un acheteur compulsif, ce n’est pas un peu dangereux, justement ? Est ce que ça ne pousse pas au surendettement ? 

Klarna jure que non. Avec votre nom, votre adresse, votre date de naissance, vos traces sur le net et surtout le plafond de votre carte bancaire, l’appli devine votre solvabilité et limite votre crédit. En moyenne ce serait autour de 300 - 400 euros. 

Mais attention quand même. Car bien sûr, tout est fait pour vous inciter à consommer. D’ailleurs avec l’application, vous pouvez faire des listes de souhaits, avoir des pense-bêtes pour pister les réductions, des rappels. 

Pour vous racheter une bonne conscience, Klarna vous permet aussi de calculer votre empreinte carbone. Elle a compris que les consommateurs ne sont pas une contradiction près… 

Petit détail, ce paiement fractionné vous est proposé gratuitement. Alors n’oubliez pas, si c’est gratuit, c’est que c’est vous le produit. On veut vos données pour vous faire dépenser. 

Références

L'équipe

Sophie Fay
Production