France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

L’OFCE, l’Office français de conjoncture économique, un organisme rattaché à Sciences po, présente ce matin ses prévisions de croissance. Et son président Xavier Ragot propose de passer de la doctrine du «quoi qu’il en coûte » à celle du «autant que possible ».

En savoir plus

Qu’entend-il par là ?

C’est très simple Mathilde. Face à la pandémie, à l’obligation de confiner la population, de fermer les théâtres, les cinémas, les restaurants et j’en passe, Emmanuel Macron a dégainé son “quoi qu’il en coûte”.

L’Etat a dépensé autant d’argent que nécessaire pour soutenir les entreprises, sauver les emplois, soutenir le pouvoir d'achat. Toute l’Europe essaie de tenir cette ligne. Et elle a bien fonctionné.

Publicité

Mais Xavier Ragot note que les Etats-Unis, eux, jouent déjà le coup d’après: Ils sont passés du “quoi qu’il en coûte” - le soutien aux ménages- à la doctrine du “autant que possible”: dépenser autant d’argent que possible pour la vaccination, mais aussi pour investir dans les infrastructures, la transition énergétique ou pour rester en avance sur la Chine. Le deuxième plan Biden est spectaculaire.

Et ça marche ?

Les perspectives de l’économie américaine bluffent tout le monde. L’activité a reculé de 3,5% en 2020, moins que chez nous donc et elle va rebondir plus vite avec une croissance supérieure à 6% cette année, selon l’OFCE. La pandémie sera vite effacée dans les chiffres globaux.

On rebondira moins vite en France, après une plongée beaucoup plus vertigineuse. On paie le retard vaccinal. Mais l’écart pourrait se creuser dangereusement si après le “quoi qu’il en coûte”, nous passons au “sérieux budgétaire” en s’interdisant d’investir “autant que possible”, à l’américaine.

Mais “autant que possible”, concrètement, qu’est ce que ça veut dire ? 

Qu’il n’y a pas de limite à l’endettement ? C’est l’argent magique ?

Ce que dit Xavier Ragot, la proposition qu’il porte à Bercy et à Matignon en tant que membre du Conseil d’analyse économique est plus subtile que cela: il dit que l’on peut s’endetter tant que les taux d’intérêt sont proches de zéro car cela n’augmente pas la charge de la dette, le total d’intérêts que l’on paie chaque année. Autrement dit, on peut s’endetter tant qu’on n’est pas obligé de monter les impôts pour payer sa dette.

Mais bien sûr on ne doit pas s’endetter pour rien, uniquement pour investir dans des projets ou des causes qui vont permettre d’accélérer la croissance et la transition énergétique. C’est la croissance qui doit permettre d’effacer progressivement la dette, sur vingt ans.

Il faut le faire avec ambition. Pour Xavier Ragot, “il faut construire l’infrastructure humaine, sociale de la société dans laquelle nous voulons vivre dans dix ans”. Il prévient: “On n’a pas de vaccin français, la recherche s’étiole, notre avance technologique s'érode. Il faut se réveiller. ". Et au passage réveiller l’Europe.

Références

L'équipe

Sophie Fay
Production