Bientôt des avions électriques ?
Bientôt des avions électriques ?
Bientôt des avions électriques ? ©Getty - Richard Sharrocks
Bientôt des avions électriques ? ©Getty - Richard Sharrocks
Bientôt des avions électriques ? ©Getty - Richard Sharrocks
Publicité
Résumé

On sortira bien un jour de cette épidémie de Covid. Mais déjà de nouvelles façons de voyager, et en particulier de voler, se préparent. La Scandinavie veut faire voler des avions électriques sur ses lignes intérieures.

En savoir plus

Sue son site le quotidien Les Echos nous apprend que la Suède, la Norvège et l’Islande ont prévu d’interdire les avions à pétrole sur leurs lignes intérieures d’ici à 2040 - et cela ne veut pas dire qu’on ne volera plus dans ces pays-là : ils ont déjà prévu de remplacer les anciens appareils par des avions décarbonés, des avions électriques ou à hydrogène. 

Ces trois pays sont déjà ceux qui affichent la plus forte proportion de véhicules électriques ou hybrides dans les ventes de voitures : ce sont les trois quarts des voitures pour la Norvège, presque la moitié (45%) pour l’Islande, et un tiers pour la Suède. C’est 11% en France. 

Publicité

C’est l’effet Greta Thunberg ? 

Sans doute. Cela montre en tout cas que la présence d’un mouvement pro-climat fort, associé à des politiques publiques favorables à l’entreprise et à l’innovation font émerger des solutions intéressantes. Et plus rapides que ce qu’on aurait jamais pu imaginer

On parle d’une première liaison dès 2026. Dans cinq ans. Alors bien sûr ce sont de petits avions, régionaux, pas de longue distance. C’est tout de même une prouesse. En 2018, un plan gouvernemental a été lancé en Suède pour faire émerger des projets d’avions électriques et Heart Aerospace, une start-up de Göteborg, a répondu en développant l’ES-19, un avion de 19 places propulsé par quatre moteurs électriques. La compagnie finlandaise Finnair a déjà passé commande et veut assurer le premier vol. 

Un autre projet associe le producteur de moteurs Rolls Royce avec l’avionneur italien Tecnam pour une compagnie norvégienne qui veut être opérationnelle avant 2030. En France, une start-up de Toulouse, veut faire voler un 19 places fin 2024 pour une mise en service en 2026.

Donc Airbus, Boeing… Les constructeurs traditionnels, c’est fini ?

Bien sûr que non. Airbus promet la commercialisation d’un avion commercial à hydrogène dès 2035. Il a trois projets en parallèle. Pour les avions plus gros, le constructeur réfléchit à des technologies hybrides. Dans le cadre du plan de relance, un volet de 15 milliards d’euros d’aide à l’aéronautique a été prévu, pour, entre autres, soutenir la mise au point de cet avion vert. Il travaille avec Safran, Arianespace et le laboratoire Onera. 

Quant à Boeing, il parlait d’un modèle hybride, conçu après une demande de la Nasa dès 2010. La Nasa continue à avoir des programmes de recherche. Une chose est certaine, il y a une réelle accélération. Il faut s’accrocher pour rester dans la course