Logo de la Française des Jeux  ©AFP - ERIC PIERMONT
Logo de la Française des Jeux ©AFP - ERIC PIERMONT
Logo de la Française des Jeux ©AFP - ERIC PIERMONT
Publicité
Résumé

Le lundi de Pentecôte est férié, mais la Bourse est ouverte. Et depuis dix-huit mois, les Français se passionnent de nouveau pour les actions. Les petits porteurs sont de retour. Fiscalité, privatisation de la FDJ, intérêt des jeunes.

En savoir plus

Trois raisons expliquent le nouvel intérêt des Français pour la Bourse. D’abord la baisse de fiscalité sur le capital engagée par Emmanuel Macron dès son arrivée à l'Elysée. Ça a donné un signal positif. Et puis le plan d’épargne en actions, le PEA, qui offre un régime fiscal hyper avantageux aux particuliers, a été assoupli et un PEA jeune a été créé. 

Il y a eu ensuite la privatisation de la Française des Jeux, la FDJ, il y a dix-huit mois. Elle a séduit 500 000 Français qui sont donc revenus vers la Bourse. 

Publicité

Troisièmement il y a eu le confinement pendant lequel la Bourse a attiré de nouveaux investisseurs. Ce sont plutôt des hommes de 25 à 40 ans. En 2020, le nombre de PEA est ainsi repassé au-dessus de la barre des 5 millions ce qu’on n’avait plus vu depuis 2014. Il y a eu 410 000 nouveaux investisseurs.

Revenons sur la FDJ un instant. C’était une bonne affaire ? 

Une très bonne affaire. Depuis son introduction en Bourse, il y a dix-huit mois, l’action a gagné 124 %. Pourtant la FDJ a été bien affectée par la pandémie. Sur la première partie de l’année 2020, les mises des joueurs ont baissé. Comme elles sont reparties à la hausse en fin d’année,le bénéfice de la FDJ a finalement progressé l’an dernier.

Et les actionnaires vont avoir un bonus: la distribution d’actions gratuites par l’Etat pour ceux qui se sont comportés comme des actionnaires de long terme et sont toujours propriétaires de leurs titres. Une action gratuite pour dix actions détenues. 

A la vue de ses chiffres, on peut même se demander si l’Etat n’a pas un peu bradé sa participation. Le CAC 40 a monté, mais la FDJ beaucoup plus. 

Si la Bourse est si haute, n’est-ce pas dangereux d’y entrer ? 

Est ce que l’engouement des petits actionnaires ne va pas retomber ? 

Tout est relatif, Mathilde. La Bourse est haute, mais le prix de l’immobilier aussi, en particulier dans les grandes villes et aux alentours ou dans les zones touristiques. Et les produits financiers dont la rémunération est liée aux taux d’intérêt ne rapportent presque rien, ce qui rend les actions, notamment celles des entreprises qui versent un dividende élevé, intéressantes. 

L’engouement pourrait continuer car de nouveaux intermédiaires font leur apparition comme le courtier en ligne allemand Trade Republik. Il veut cibler les jeunes et il casse le prix des commissions sur les transactions boursières. Il facture un euro seulement par ordre. Bon pour l’instant, il débute juste en France et on ne peut pas y ouvrir de PEA, mais ça devrait être possible d’ici à la fin de l’année, s’il attire assez de clients.