Les crises économiques sont propices aux innovations, et la dernière est axée économie collaborative
Les crises économiques sont propices aux innovations, et la dernière est axée économie collaborative ©Getty - Manuel Breva Colmeiro
Les crises économiques sont propices aux innovations, et la dernière est axée économie collaborative ©Getty - Manuel Breva Colmeiro
Les crises économiques sont propices aux innovations, et la dernière est axée économie collaborative ©Getty - Manuel Breva Colmeiro
Publicité

Pour Navi Radjou, consultant en innovation, la crise de 2008 a dopé l'économie du partage de particulier à particulier (Airbnb, Blablacar..). Celle du Covid et la transition climatique devraient doper l'économie collaborative entre entreprises. Explications.

Les crises économiques sont souvent propices aux innovations

Celle que nous venons de vivre, liée à la pandémie de Covid, ne fait pas exception. 

Vous vous souvenez de la crise financière de 2008. Elle avait provoqué des baisses de pouvoir d’achat et dopé le système D, pour faire des économies ou trouver des compléments de revenus. 

Publicité

Cela a donné AirBNB pour louer occasionnellement son appartement, BlaBlaCar et le co voiturage, Drivy (qui s’appelle maintenant GetAround) pour louer sa voiture quand on ne l’utilise pas. Un nouveau secteur, donc, celui de l’économie du partage entre particuliers. 

Avec la crise du Covid, mais aussi avec la pression du changement climatique, une nouvelle économie collaborative se développe

Mais cette fois elle se développe entre entreprises, avec du prêt de salariés (pour mobiliser ceux qui sont en chômage partiel de longue durée), du prêt de bureaux ou même de machines. ça leur permet d’être plus écolos et plus flexibles. Tout cela est très bien raconté par un consultant en innovation, Navi Radjou, dans une note publiée par Terra Nova

Et il y donne beaucoup d’exemples, très concrets

  • Oui. Est-ce que vous connaissez SpaceFill ? C’est une plateforme sur laquelle on peut partager de l’espace de stockage dans un entrepôt pour adapter ses capacités. 
  • Est-ce que vous connaissez ShareMat ou Equipements A partager ? Ce sont des plateformes aussi où les entreprises du BTP se prêtent du matériel, moyennant finance. 
  • Entrepairs ? une autre plateforme, créée en Isère, pour que des sous-traitants industriels puissent facilement mettre leurs machines à la disposition de nouveaux acheteurs. 
  • Il y a aussi plusieurs exemples de partage de salariés. Dans le Morbihan et en Loire-Atlantique, 360 PME se sont regroupées au sein de Vénétis, pour engager en commun des experts, en marketing digital, en contrôle qualité. 
  • En Occitanie, un dispositif Passerelles Industries permet depuis le Covid, à des sociétés qui n’ont pas encore retrouvé leur niveau d’avant-crise de prêter des salariés à d’autres sociétés. 
  • Dans les Cévennes, Hydres facilite le passage d’un salarié d’une entreprise locale à une autre, pour leur offrir plus de perspectives tout en les gardant dans le territoire. 

Le partage, ça concerne aussi les grands groupes

Oui, y compris entre concurrents. Pour améliorer leur bilan carbone notamment. En Amérique du Nord, deux chocolatiers Hershey et Ferrero ont conclu un accord pour partager leurs entrepôts et le transport.

Ce partage de moyens, de savoir-faire, c’est une tendance de fond, celle de l'économie régénérative. Faites confiance à Navi Radjou: il vient d’entrer dans le classement Thinkers50 des 50 consultants en management les plus influents dans le monde. 

Et qu’y a -t-il à la Une de L’obs cette semaine ? “La revanche du nucléaire”, pourquoi il revient en force. Et les confidences d’Annie Ernaux, dont les romans inspirent les cinéastes. 

L'équipe