Hausse des prix: la colère monte aux Etats-Unis

France Inter
France Inter
Publicité

Aux Etats-Unis, l'inflation est devenue un grand sujet d’inquiétude, de discussion dans les foyers et de colère politique. Cela irrite le président Joe Biden. Les gouverneurs de la Banque centrale, la Fed, se sont réunis hier.

Oui vous avez sans doute déjà entendu cent fois cette phrase que les économistes adorent répéter: « L'inflation, c'est comme la pâte dentifrice : une fois qu'elle est sortie du tube, il est impossible de l'y faire rentrer ».

Celui qui a dit ça le premier, c’était Karl-Otto Pöhl, le président de la Banque centrale allemande en 1980. Il voulait dire qu’une banque centrale ne doit pas laisser se propager une tendance économique qu’elle aura ensuite du mal à inverser.

Publicité

Et bien c’est exactement ce que dit aujourd'hui Jim Bullard, un des gouverneurs de la banque centrale américaine, la Réserve fédérale. Il estime que l’inflation américaine est carrément en train de sortir du tube et qu’il faut remonter les taux d’intérêt quitte à casser un peu le rythme de la croissance , pour modérer la hausse des prix.

C’est vrai qu’elle est spectaculaire aux Etats-Unis. Bien plus rapide que ce que l’on voit en Europe aujourd’hui.

L’inflation est au plus haut depuis février 1982. Depuis 40 ans, donc. On parle d’une envolée des prix de 7 à 8% par an. Et même si on enlève l’énergie et les produits alimentaires, qui connaissent des fluctuations plus fortes que les autres produits, l’inflation reste aux Etats-Unis autour de 6%. Le double de ce que l’on a en France, énergie incluse.

Les loyers affichent même une hausse de presque 18% l’an, selon l’économiste Christophe Barraud, très bon connaisseur des Etats-Unis, qui scrute un site de petites annonces.

Dans les sondages, une majorité d’Américains dit donc avoir une image négative de l’administration Biden. La popularité du président démocrate est moins bonne que celle de Trump au même stade de son mandat. On n’avait jamais vu un si mauvais taux depuis 2014. Alors forcément cette inflation agace Joe Biden.

Les gouverneurs de la banque centrale américaine devaient se réunir hier soir. Est-ce qu’ils ont décidé quelque chose ?

C’était une réunion exceptionnelle, pas pour prendre une décision tout de suite, mais pour regarder la situation en face, pour se poser les bonnes questions.

Par exemple: comment brider la spéculation immobilière qui fait flamber les loyers et oblige les ménages à réclamer de fortes hausses de salaires, qui nourrissent à leur tour l’inflation.

Pour cela, il faut faire remonter les taux d’intérêt. Mais si on les monte trop peu, ça ne sert à rien et le dentifrice continue à sortir du tube. Et si on les monte trop vite, on risque de provoquer une crise financière, un krach boursier, qui arriverait au pire moment, en pleine crise ukrainienne. Il faut trouver le bon dosage. C’est de cela dont il a été question hier soir.

L'équipe