Publicité
Résumé

La Première ministre reçoit aujourd’hui les présidents des groupes parlementaires, et il sera certainement question de la réforme des retraites : cette réforme qui doit financer beaucoup d’autres choses que les retraites…

En savoir plus

C’est très étonnant ! Quand on écoute la façon dont le gouvernement présente sa réforme, on a le sentiment qu’il veut la faire, non pas pour les retraites mais… pour financer autre chose ! Alors parfois c’est pour financer la dépendance, parfois c’est pour le climat, parfois pour l’éducation… comme si les retraites étaient une sorte de cagnotte, qui devait rendre possible l’action du gouvernement, par ailleurs assez corsetée par la situation des finances publiques.

La réforme des retraites, c’est un peu la formule magique pour dégager des ressources

Car c’est bien cela dont il est question, de trouver de l’argent quand on s’est engagé à ne pas augmenter les impôts, ni la dette. La situation n’est pas totalement nouvelle. Après le Covid, souvenez-vous, la cagnotte, c’était la croissance ! La croissance devait permettre de rembourser la dette sans augmenter les impôts. Puis pendant la campagne, c’est le plein emploi qui devait financer l’avenir du pays…

Publicité

Mais pour le moment, on ne sait pas du tout ce qu’il y aura dans cette réforme des retraites

Non et c’est toute l’ambiguïté dans le discours du gouvernement. Personne ne sait ce qu’il va faire. Est-ce qu’il va reculer l’âge de départ ? De combien d’années ? Ou bien rallonger la durée de cotisation ? Ou bien un peu des deux ? A ce stade, il est parfaitement impossible de savoir si la réforme rapportera 5, 10 ou 15 milliards d’euros.

En revanche, on sait déjà ce qu’on fera de l’argent, puisqu’il faudra à la fois équilibrer le système de retraites à long terme, contribuer à rembourser la dette, et permettre de financer de nouvelles politiques publiques. Rien que ça.

Mais est-ce que les retraites peuvent vraiment financer des écoles ou des éoliennes ?

Non bien sûr, même si la frontière entre la sphère sociale et l’Etat est de plus en plus poreuse, il n’est pas question de flécher les cotisations retraites vers le budget de l’Etat. En revanche, l’idée est bien de rééquilibrer les comptes des retraites pour permettre à l’Etat de consacrer de l’argent à autre chose qu’à combler le déficit du système. Mais on voit bien qu’il y a dans le discours du gouvernement une volonté de lier les deux sujets.

Pourquoi ? Et bien c’est simple, cela permet de donner du sens à une réforme qui risquerait sinon d’être vue comme une réforme « comptable », une réforme « budgétaire »… des mots qui suffiraient à la torpiller. Personne n’a envie de travailler plusss juste pour équilibrer le système de retraite.

En revanche, demander aux Français de travailler plus longtemps pour financer la lutte contre le réchauffement climatique ou la dépendance, c’est nettement plus acceptable. Même si ces grands chantiers devraient en réalité être financés par l’impôt, c’est-à-dire par nous tous, les actifs et les retraités.

Références