Bitcoins : 1000 milliards de dollars sont partis en fumée hier ! ©AFP - Justin TALLIS
Bitcoins : 1000 milliards de dollars sont partis en fumée hier ! ©AFP - Justin TALLIS
Bitcoins : 1000 milliards de dollars sont partis en fumée hier ! ©AFP - Justin TALLIS
Publicité
Résumé

La crypto-monnaie a beaucoup baissé après les déclarations contradictoires d’Elon Musk, mais la douche froide, hier, est venue de Chine : 1000 milliards de dollars sont partis en fumée !

En savoir plus

Hier, c’était les montagnes russes : en quelques heures, le bitcoin a perdu un tiers de sa valeur. Le prix d’un bitcoin est tombé à 30 016 dollars, ce qu’on n’avait pas vu depuis le 28 janvier. Après il a remonté pour finir en baisse de 10%.  Baisse finalement effacée cette nuit. Mais à son plus haut, mi-avril, il valait presque 65 000 dollars.

C’est Elon Musk qui a, le premier, déstabilisé la crypto monnaie. Beaucoup d’amateurs de crypto monnaies (ces monnaies qui permettent de faire des échanges en se passant de banques) sont des fans du patron de Tesla. Or après avoir annoncé qu’on pourrait payer une Tesla en bitcoin, il s’est ravisé en disant qu’il trouvait la monnaie trop “polluante”. Le réseau bitcoin, pour tourner, a besoin de beaucoup de puissance de calcul et donc d’énergie.

Publicité

La Chine va dans le même sens

C’est en Chine que l’on trouve les plus grands spéculateurs et fans de cryptomonnaies. Les deux plus grandes plateformes d’échange, Binance et Huobi, devant l’américaine Coinbase, sont d'ailleurs chinoises. 

Cet engouement ne plait pas à la Banque centrale, qui s’apprête à lancer sa propre monnaie électronique et a fait savoir hier, qu’elle interdisait aux banques et aux institutionnels chinois d’utiliser les crypto monnaies.

Pierre Noizat, le fondateur de Paymium, la première plateforme d’échange de bitcoin française, ne croit toutefois pas du tout à une interdiction totale des crypto par Pékin. Il n’est d'ailleurs pas inquiet pour l’avenir du bitcoin.

Des mouvements inquiétants

Le marché du bitcoin, c’est un marché sans régulateur. Les gendarmes habituels de la Bourse, que ce soit la SEC aux Etats-Unis ou l’Autorité des marchés financiers en France, ne peuvent pas sanctionner Elon Musk pour manipulation de cours lorsqu'il lâche des informations contradictoires, alors que lui même spécule sur les bitcoins. Encore moins de coordonner avec les Chinois.

Alors pourquoi Pierre Noizat est-il aussi optimiste ? Il estime qu’au-delà des mouvements spéculatifs, la valeur fondamentale du bitcoin n’a pas changé. Car le bitcoin n’est pas une monnaie à proprement parler mais un moyen de faire des échanges infalsifiables, sans dépendre des banques.

La chaîne d’ordinateurs qui permet au bitcoin d’exister permet d’envisager d’autres applications : par exemple sécuriser des documents, comme les diplômes, ce qui se fait déjà (Pôle universitaire Leonard de Vinci à Paris). Et cette technologie est en amélioration constante. 

Sur un an, la valeur de bitcoin est d’ailleurs toujours en hausse. 

Références

L'équipe

Sophie Fay
Production