Publicité
Résumé

C’est une affaire qui remue la place de Paris. L'action Solutions 30, attaquée par l'investisseur Carson Block, a perdu 70%, hier en Bourse. La société ne vaut plus que 3 euros et demande la nomination d'un conciliateur.

En savoir plus

La cotation de l’action était suspendue depuis le 10 mai, donc il n’y avait plus d’échanges et dès qu’elle a repris, les investisseurs se sont précipités pour sortir d’un pataquès voire d’un scandale. 

Rappelons ce que fait la société Solutions 30. C’est tout simplement elle qui installe la fibre chez vous pour le compte d’Orange ou d’autres opérateurs téléphoniques. Elle travaille aussi pour EDF, en changeant votre compteur pour le fameux compteur Linky. 

Publicité

Orange ou EDF n’ont, à ma connaissance, pas de raison de se plaindre de cette société. L’alerte est venue d’ailleurs: des Etats-Unis et d’un investisseur qui s’appelle Carson Block, gérant du fonds Muddy Waters. Son métier consiste à trouver des failles ou des mensonges dans les comptes des entreprises. Il parie à la baisse sur l’action. Et s’il a raison, il ramasse le pactole. 

Et qu’est ce qu’il aurait trouvé, Carson Block ? 

Il a pointé du doigt le fait que jusqu’en 2015, Solutions 30, société luxembourgeoise, a travaillé avec un expert-comptable précédemment condamné pour ses liens avec la mafia. Mais le gérant va plus loin : il soupçonne Solutions 30 d’être impliquée dans une activité de blanchiment d’argent.  

La société, elle, se dit victime d’une manœuvre de déstabilisation. Elle a porté plainte contre le financier américain. Elle a surtout commandité un audit pour se disculper. Il a été fait par Didier Kling, le président de la Chambre de Commerce de Paris, et par le cabinet Deloitte. 

L’audit n’a pas corroboré les accusations de Carson Block. Mais ce dernier pense que les experts n’ont pas eu accès à toute l’information. Le coup de massue est en fait venu du cabinet EY (Ernst & Young) commissaire aux comptes de Solutions 30. 

Il a montré l’existence de blanchiment d’argent ? 

Alors non. Il a simplement dit qu’il ne pouvait pas donner son avis sur les comptes de Solutions 30, car les dirigeants ne lui avaient pas fourni toutes les réponses à ses questions. C’est un cas de figure très rare. Cela laisse tout le monde dans le doute. 

Et dans le doute, les investisseurs fuient. Solutions 30 a dû recruter en urgence un nouveau dirigeant. La société demande au Tribunal de Commerce de Bobigny de nommer un conciliateur, pour l’aider à trouver un nouvel actionnaire de référence et éventuellement sortir de la Bourse. 

L’affaire a besoin d’être clarifiée rapidement: Solutions 30, c’est 7000 salariés et autant de prestataires qui viennent chez vous, chez moi, chez tous les Français…

Références

L'équipe

Sophie Fay
Production