Bruno Le Maire le 24 mai 2022
Bruno Le Maire le 24 mai 2022 ©Getty - Thierry Monasse
Bruno Le Maire le 24 mai 2022 ©Getty - Thierry Monasse
Bruno Le Maire le 24 mai 2022 ©Getty - Thierry Monasse
Publicité

Pour les politiques, le casse-tête du moment, c’est de parler de la vie quotidienne des Français… Cet automne, les politiques nous parlent de la température du salon, des vêtements que l’on porte, de nos casseroles et surtout des couvercles qu’il faut mettre dessus.

Sur ces sujets, un pas de côté… et c’est le gadin assuré.

Ainsi, Bruno Le Maire… Il s’est pourtant contenté de dire qu’il allait porter un col roulé pour éviter de surchauffer son ministère. Il est depuis un objet incessant de moqueries, ce qui l’a amené à produire un texte sur facebook ce week-end où il s’alarme de l’abaissement du niveau du débat public et dans lequel il déclare solennellement : « Je n’ai jamais recommandé à personne de porter le col roulé. » Limiter le chauffage dans les bâtiments et donc s’habiller plus chaudement, est pourtant l’une des principales sources d’économies d’énergie.

Publicité

On a beaucoup parlé aussi des box internet

La maladresse de Jean-Noël Barrot, ministre délégué au numérique est un peu plus problématique. Hier matin, à un journaliste qui lui demandait sans trop y croire si les box internet allaient être coupées la nuit à distance par l’opérateur, il a fait l’erreur de répondre « c’est l’objectif »… avant d’apporter une précision de taille : il s’agit simplement de généraliser une mise en veille qui existe déjà automatiquement sur certains matériels.

Sauf qu’après la polémique de la semaine dernière sur le compteur linky, quand des milliers de personnes ont cru faussement que leur chauffe-eau allait être coupé par Enedis entre midi et deux, il convient d’être prudent dès qu’on parle de matériel connecté, sujet hautement éruptif.

Surtout quand d'autres ministres ont mis tant de temps à mesurer l’impact réel de la pénurie des carburants.

Personne ne s'en sort sur ces sujets du quotidien

Même la vidéo de Clémentine Autain, qui constatait l’importance de l’inflation in situ dans un hypermarché de Sevran, a fait l’objet d’un déchainement en règle sur les réseaux sociaux. Les mêmes seraient pourtant capables de râler en expliquant que si les politiques faisaient les courses, ils comprendraient mieux ce que vivent leurs concitoyens ! Ces exemples reflètent le divorce réel entre les Français et leurs élus.

Rupture encore mesurée par la dernière enquête Ipsos sur les fractures françaises. Cela s’améliore, mais 71 % des personnes interrogées pensent que les hommes et les femmes politiques agissent principalement pour leurs intérêts personnels… A ceux-là, l’intrusion des politiques dans la vie privée, espace déjà malmené pendant les pics du Covid, est en train de devenir tout bonnement insupportable.