Pourquoi les chasseurs sont-ils aussi sollicités ? ©Getty - Christophe LEHENAFF
Pourquoi les chasseurs sont-ils aussi sollicités ? ©Getty - Christophe LEHENAFF
Pourquoi les chasseurs sont-ils aussi sollicités ? ©Getty - Christophe LEHENAFF
Publicité
Résumé

Comme aux régionales de 2015, pour celles du mois prochain, il y aura beaucoup de représentants du monde de la chasse parmi les candidats.

En savoir plus

A chaque élection, les chasseurs sont courtisés. Lundi, on apprenait qu’un représentant des chasseurs de la Baie de Somme sera (SERAIT) candidat sur la liste du Rassemblement national dans les Hauts-de-France. 

Dans le Centre-Val de Loire, ce sont deux présidents de fédération de chasseurs qui figurent sur la liste du ministre MoDem Marc Fesneau. Il y aura aussi des figures importantes du monde de la chasse chez Xavier Bertrand. 

Publicité

En fait, toutes les familles politiques font la danse du ventre ! À gauche, le président de la région Nouvelle-Aquitaine, le socialiste Alain Rousset, vient de recevoir le soutien pour sa campagne de Jean-Saint Josse. Souvenez-vous, l’ancien patron de Chasse, pêche nature et tradition.   

Pourquoi cette catégorie de la population est-elle aussi courtisée ?

Il y a en France plus d’un million de détenteurs du permis de chasse. C’est un monde structuré, très implanté, influent… Ce qu’on appelle un relais d’opinion.    

Seulement voilà, il est désormais concurrencé par une autre tendance de société, en plein essor : la cause animale. Le parti animaliste a fait 500 000 voix aux dernières élections européennes. Ce mouvement s’est allié pour ce scrutin des régionales avec La France Insoumise en Île-de-France et avec les Verts en Nouvelle-Aquitaine.   

Dans ce moment-charnière, certains leaders hésitent sur la stratégie. Est-ce qu’il faut s’afficher avec les chasseurs ou commencer à miser sur leurs adversaires ? C’est un dilemme qui agite notamment les socialistes, qui sont rudement concurrencés par les écolos.    

Mais ils ne sont pas les seuls à être gênés.    

Marine le Pen est branchée bien-être animal. Elle s’est déclarée contre la chasse à la courre. Son  parti présente une tête de liste dans le Pas-de-Calais, un certain Christopher Szczurek, qui dénonce la maltraitance animale.

Arrêtons-nous un instant sur cet exemple. On est dans un département ultra-chasseurs. C’est un pari politique audacieux. D’autant qu’en face, la majorité présidentielle dégaine la carte Eric Dupond-Moretti. Le garde des sceaux est un fan de chasse au faucon.   

Les repères traditionnels sont chamboulés. Et les forces politiques sont écartelées entre l’envie de parler à l’électorat des campagnes ou à celui des centres-villes, de miser sur les forces existantes ou sur celles qui émergent. Il leur reste un an pour choisir leur camp.   

Références

L'équipe

Marcelo Wesfreid
Production