France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Le président a comme retrouvé la parole ! Il était resté quasi-mutique depuis la fin de l’année 2020, avec ses vœux du 31 décembre. Mais cela fait quelques jours qu’il s’exprime à nouveau sur presque tous les sujets.

En savoir plus

Il était à Notre-Dame, la semaine dernière, pour commémorer les deux ans de l’incendie de la cathédrale, et il s’est longuement confié au Parisien pour l’occasion…

Et puis il sera à Montpellier, ce matin, pour y parler de délinquance, et faire le bilan de sa fameuse « PSQ » - la police de sécurité du quotidien. Là encore, il a décidé de sortir les grands moyens, puisqu’il a accordé une longue interview au Figaro, ce week-end, dans laquelle il revient sur les résultats de cette réforme du début du quinquennat. Et où il fait quelques annonces, dont le lancement d’un grand débat sur la consommation de drogue, ou la création de ce qu’il appelle une « école de guerre » pour former en continu les forces de l’ordre.

Publicité

Comment expliquer cette stratégie, alors que l’on est loin d’en voir fini avec la pandémie ?

A l’Élysée on assume une sorte de « en même temps » réinventé. C’est-à-dire que oui, vous avez raison, l’épidémie se poursuit, le taux d’incidence reste très élevé et les réanimations sont toujours saturées… Mais les beaux jours arrivent, la fin du tunnel pointe le bout de son nez, et il y a donc urgence, pour le chef de l’État, à montrer qu’il continue à agir et à transformer. 

C’est sa marque de fabrique, et ça sera d’ailleurs tout le sens de sa prochaine intervention solennelle, prévue dans les 15 jours. Puisqu’Emmanuel Macron y détaillera non seulement les modalités précises du « redéconfinement » à venir… Mais il projettera aussi le pays dans les prochains mois qui arrivent. Et qui marqueront la dernière ligne droite du quinquennat.

Emmanuel Macron pourrait annoncer une reprise des réformes ?

Alors pour l’instant c’est encore un petit peu compliqué d’anticiper ce qu’il pourrait annoncer précisément. Mais ce qui est certain, c’est que ses équipes et lui travaillent pour tenter un « coup » à la rentrée. Un texte qui impliquerait un changement « structurel », selon les mots d’un conseiller. Peut-être sur les retraites, qu’ils pourraient remettre sur le métier… Ou la dépendance, qui reste un chantier inachevé. 

Il y a en tout cas une petite fenêtre, à l’automne, dans le calendrier parlementaire, pour espérer faire passer une dernière mesure. Et après plus d’un an à subir les événements avec chaque fois un temps de retard, ça ne serait pas du luxe, pour le maître des horloges, que de réussir à enfin reprendre la main.

Références

L'équipe

Arthur Berdah
Production