L'acteur Anthony Delon
L'acteur Anthony Delon ©Getty - David M. Benett/Dave Benett
L'acteur Anthony Delon ©Getty - David M. Benett/Dave Benett
L'acteur Anthony Delon ©Getty - David M. Benett/Dave Benett
Publicité

il s’est perdu, il s’est cherché, il s’est reperdu, il s’est recherché… Jusqu’ à accepter de ne plus être seulement “le fils de“.

Avec

Il porte un nom qui brille comme une étoile…

Une de ces étoiles qui illuminent le cinéma français… Un astre qui l’aura jeté, lui, dans la pénombre, la souffrance et le doute une bonne partie de sa vie. Parce que décidément, il n’est pas  simple de porter le nom d’une idole… Celui d’un père qui a souvent été moqué pour sa capacité à parler de lui à la 3éme personne…

Publicité

Alors il s’est perdu, il s’est cherché, il s’est reperdu, il s’est recherché… Jusqu’à accepter de ne plus être seulement “le fils de“...

Jusqu’à accepter de se demander,  (comme il le fait dans le livre qu’il vient de sortir ) : “Et moi, est-ce que je m’aime suffisamment ?”

Ce soir, c’est donc bien Monsieur DelonAnthony Delon qui est dans Hors Piste… (Il paraitrait que son père serait un acteur…)

Entre chien et loup d'Anthony Delon est paru aux éditions du cherche Midi

La programmation musicale :

  • Jacques Brel Vesoul, le choix d’Anthony Delon
  • Marie Flore “Mal barré”

Extraits de l'entretien

Le livre de la maturité

Anthony Delon donne les raisons de ce livre : "Il y a maintenant de cela deux ans et demi, mon père a fait un accident vasculaire cérébral. Trois mois après, on a diagnostiqué un cancer du pancréas à ma mère, qui est décédée depuis. Et auparavant, j’avais perdu mon parrain, ma marraine, deux véritables guides pour moi, et Mireille Darc, qui a beaucoup comptée dans ma vie.

J'ai été pris d'une telle angoisse, d'un sentiment de vide.

J'ai eu le besoin d'inscrire mes souvenirs dans le marbre. Dans ce livre, je raconte une histoire assez universelle. Mais ce n'est pas du tout sur la difficulté de s'appeler Delon. Ça, c'est juste la petite cerise sur le gâteau. Je ne sais plus qui a dit : "Il faut 60 ans pour faire un homme".

Aujourd'hui, j'ai 57 ans et je pense avoir pris assez de recul pour me permettre de voir les choses avec plus d'objectivité, et d'en faire part aux autres. Le livre va être adapté en série grâce à Dominique Besnehard."

Les relations avec Alain Delon

Quand Thomas Sotto lui demande, si ce livre n’est pas une façon un peu compliquée de décrocher son téléphone, et de dire : « Je t’aime » à son père, Anthony Delon répond :

"Je n'ai pas besoin de tout ça. Aujourd'hui, on a tous les deux posé les armes, et on a du recul par rapport à tout ce qu’il s'est passé entre nous.

Et je l'appelle quand je veux et je vais le voir quand je le veux. Et lui aussi appelle, mais pas souvent. C’est un taiseux.

Peut-on pardonner à son père un procès ? Ce procès, c'est du pipi de chat à côté du reste ! Mais je pense qu’il est important de pardonner. C'est pour cela que ce livre, n'est pas un règlement de comptes. Dedans, j'explique, comme disait ma mère, que c'est l'amour qui prédomine."

Il ajoute : "J’ai morflé, mais c’est le cas de beaucoup d’enfants de beaucoup de famille. J'ai fait la paix avec moi."

Les conneries : des pulsions

Pour Anthony Delon, ce n’était pas pour attirer l’attention de ses parents qu’il faisait des bêtises, mais parce qu’il avait des pulsions très fortes :

"Elles me tiraient vers la vie, et d'autres vers la mort. J'étais pris entre les deux. Un peu comme le yin et le yang. Je ne m'explique pas pourquoi j’ai volé cette voiture.

On ne m'a jamais rendu la vie facile, mais je n’ai pas de circonstances atténuantes. Et j’ai payé mes bêtises cash.

Ma mère, la pauvre, venait de subir une opération. Elle était à l'hôpital. Et mon père faisait la promo de Pour la peau d'un flic. Il y a eu quelques turbulences dans sa promo !"

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Un documentaire sur la fin de vie de sa mère pour dire qu’elle n’était pas que la femme d’Alain Delon

Anthony Delon explique : "J'ai filmé les 37 derniers jours de ma mère qui deviendra un documentaire qui s’appellera… 37 jours. Le 15 décembre 2020, le médecin nous a annoncé qu'il lui restait entre quatre et six semaines à vivre. On a décidé de garder des images de ses derniers instants parce qu'elle voulait laisser une trace à ses petites-filles. Elle souhaitait qu'elles sachent qui elle était. Il sera question de ses trois vies.

Il n'y a rien d'indécent dans ces 37 jours parce qu’elle avait une force de caractère hors du commun. C'est vraiment un hymne à la vie. Elle m'a dit, je vais révéler quelque chose de très personnel : « Je voudrais que les filles sachent que je n'ai pas été que la femme d'Alain Delon".

La mort d’Alain Delon

Difficile d'envisager cette échéance. Mais pour Anthony Delon : "Quand ce jour arrivera… On s’est dit les choses. Je ne crains pas qu’on me volera ses funérailles. Je fais la distinction entre la vie publique et la vie privée d'Alain Delon. C'est mon père, mais il y a des gens qui l'idolâtrent depuis tellement longtemps, que je serais heureux qu'ils participent.

Je pense pas qu’il y aura de grandes funérailles publiques : ce n'est pas son style, ni celui de la maison."

Alain Delon faisait des dépressions

Anthony Delon raconte : "Un jour "Mimi", Mireille Darc, me dit : "Ton père se repose, ne le dérange pas". Il restait parfois des jours entiers dans sa chambre. J’en parle car c’est l’un des combats les plus rudes, les plus âpres sont ceux qu'on livre contre soi-même.

Il a souffert du syndrome de l’abandon et il en souffre encore. A quatre ans, ses parents ont divorcé. On l'a mis en nourrice jusqu'à l'âge de 12 ans. Et ensuite, on l’a mis en pension. Et puis ensuite, à 17 ans, on l’a laissé partir à la guerre.

Quand on souffre de quelque chose dont on a tendance à le répéter. C'est ce qu’il s'est passé chez lui, mais pas chez moi. Moi, je n’ai pas voulu perpétrer cette malédiction avec mes filles. Je pense que je suis un bon père. Je vis avec elles maintenant depuis 6 ans, 7 ans, et elles ont fait de moi un homme meilleur."

Les femmes

"J’ai quitté Valérie Kapriski de peur d'être abandonné. Cette angoisse peut aller jusqu’à détruire une relation, jusqu'à pousser l'autre vers la sortie, jusqu'à l'obliger à vous quitter pour justifier votre peur et vos angoisses, ou pour vous donner une bonne raison de vous tirer. C’est compliqué."

Le parrain

"Mon parrain (l'agent, entre autres, de Romy Schneider, Georges Beaume) était un sacré personnage. Il m'a inculqué le sens des traditions, mais pas dans le sens traditionaliste, comme on peut entendre aujourd'hui dans la bouche de certains candidats. Mais plutôt dans le sens où chaque année, on partait à Dinard en famille. Ces habitudes structurent. Je l’ai répété avec mes enfants en allant dîner en tête-à-tête. Toutes ces choses-là construisent les enfants. Il s'est occupé de moi comme un fils."

ALLER PLUS LOIN

Quand Alain Delon mettait VGE dehors