L'écrivain Georges Bernanos en 1929 ©Getty - Universal History Archive
L'écrivain Georges Bernanos en 1929 ©Getty - Universal History Archive
L'écrivain Georges Bernanos en 1929 ©Getty - Universal History Archive
Publicité
Résumé

Le grand écrivain catholique, dans sa jeunesse batailleuse, avait été violemment d'extrême droite. La guerre d'Espagne et les capitulations successives de la France changent son regard. Au nom de son catholicisme même, Georges Bernanos sera intensément antifranquiste, furieusement antipétainiste.

avec :

François Angelier (Producteur de l’émission "Mauvais Genres" sur France Culture, spécialiste de littérature populaire), Lydie Salvayre (Ecrivain).

En savoir plus

Prénom : Georges.

Nom : Bernanos. Consonance espagnole mais ascendance lorraine.

Publicité

Naissance : 2 février 1888.

Sa famille : Le père, décorateur de son état mène la même vie que sa riche clientèle. Tout ce petit monde est catholique, monarchiste et baigne dans un antisémitisme... atmosphérique.

Etudes : Aussi heurtées que son tempérament batailleur. Au Quartier latin, il bat le pavé avec les camelots du roi, l'organisation de jeunesse de l'Action française. Il connait même la prison de la Santé plus d'une fois  pour violences sur la voie publique.

La Grande Guerre : Tout du long, dans des positions diverses. Il en rapporte la Croix de guerre et une sainte horreur des cérémonies autour des monuments aux morts.

Marié : A Jeanne Talbert d'Arc qui se targue d'appartenir à la famille de Jeanne d'Arc.

Six enfants constitueront une tribu bruyante et qu'il faudra nourrir. Dans un premier temps, il accepte un poste de démarcheur en assurances sur recommandation de son beau-père.

Il l'abandonnera dès que « Sous le soleil de Satan » remporte le succès en 1926. S'ensuivra une existence sans sécurité scandée par peut-être 30 déménagements.

Les œuvres : De nombreux romans en tête desquels le « Journal d'un curé de campagne ».

Des Ecrits de combat parmi lesquels « Les grands cimetières sous la lune » pendant la guerre d'Espagne et « La France contre les robots » au lendemain de la Seconde Guerre.

Ses nouveaux engagements politiques : L’antifranquisme puis la France libre. Au retour d'un long exil au Brésil, il n'acceptera aucune prébende du général de Gaulle, lui disant seulement : « La France est enfoncée dans la merde mais vous vous tenez plus haut ».

Sa mort : Il était cabossé depuis longtemps tel un colonel de cuirassiers blessé à Waterloo et  s'appuyant sur deux cannes. Il meurt le 5 Juillet 1948.

Deux chefs d'œuvre paraissent encore de manière posthume : « Les Enfants humiliés » et « Dialogues des carmélites ».

Ouvrages de Georges Bernanos :

  • Essais et écrits de combat (2 volumes) Bibliothèque de la Pléiade
  • Œuvres romanesques complètes (2 volumes) Bibliothèque de la Pléiade
  • L'imposture Points
  • La joie Points

Autres ouvrages :

  • François Angelier Georges Bernanos. La colère et la grâce Editions du Seuil
  • Lydie Salvayre Pas pleurer Editions du Seuil
  • Lydie Salvayre Rêver debout Editions du Seuil