Catalogue de 1943 mentionnant la vente de "biens israélites" ©Radio France - Delphine Evenou
Catalogue de 1943 mentionnant la vente de "biens israélites" ©Radio France - Delphine Evenou
Catalogue de 1943 mentionnant la vente de "biens israélites" ©Radio France - Delphine Evenou
Publicité
Résumé

La déportation méthodique des juifs de France pendant la seconde guerre mondiale, s’est évidemment accompagnée du pillage systématique de tous leurs biens, notamment culturels. Cette spoliation s’appuyait à partir de 1941 sur une base légale du droit français.

En savoir plus

On estime à 100 000 le nombre d’œuvres d’art volées envoyées en Allemagne.  Environ 2 000 n’ont pas encore retrouvé leurs propriétaires. Les chiffres sont encore plus incertains pour les livres, volés par millions ou les instruments de musiques, par dizaines de milliers.

Rendre ces objets, c’est bien sûr faire œuvre de justice, mais aussi de mémoire, afin que les familles des disparus puissent connaitre toute leur histoire. Des historiens, des avocats, des généalogistes s’impliquent dans cette quête. Et il y a deux ans, la France a relancé sa politique de  restitution. Une Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 a été créée. 

Publicité

On a beaucoup parlé récemment de la restitution des « Rosiers sous les arbres », la seule toile de Gustave Klimt jusqu’alors propriété d’un musée français. En l’occurrence, les ayants droits sont autrichiens. 

Pour établir la provenance des tableaux ou objets d’art, il faut que des spécialistes se livrent à de véritables enquêtes à travers le temps.

Les restitutions donnent souvent lieu à de spectaculaires et émouvantes cérémonies, mais pas systématiquement. Delphine Evenou a par exemple pu assister, chez un généalogiste, Antoine Djikpa à une restitution plus intime.  La célèbre maison d’enchères Christie’s a rendu à Francine,  la petite nièce de l’avocat et grand collectionneur Armand Dorville, spolié pendant la guerre, un dessin d’Auguste Raffet, célèbre peintre du 19ème siècle. Un évènement rare, chargé d’histoire et d’émotion.

Œuvre d'Auguste Raffet récemment restituée à ses propriétaires
Œuvre d'Auguste Raffet récemment restituée à ses propriétaires
© Radio France - Delphine Evenou

Les familles en quête des biens de leurs aïeux finissent presque toutes par croiser la route d’Emmanuelle Polack. Historienne de l’art, autrice d’une thèse sur le marché de l’art pendant l’occupation, elle travaille actuellement pour le Louvre. Le musée souhaite faire la lumière sur la provenance de ses acquisitions entre 1933 et 1945. Une période pendant laquelle, les ventes d’art ont continué, y compris à l’hôtel Drouot, temple des enchères parisiennes depuis 170 ans. Il vient d’ouvrir ses archives aux conservateurs du musée. 

L'historienne Emmanuelle Polack aux archives de l'Hôtel Drouot
L'historienne Emmanuelle Polack aux archives de l'Hôtel Drouot
© Radio France - Delphine Evenou

"Chercheurs de mémoire, en quête des biens spoliés", c’était un reportage de Delphine Evenou. Prise de son, Benjamin Thuau et Yves Le Hors. Mixage Régis Nicolas. Réalisation, Hélène Bizieau assistée de Martine Meyssonnier. Documentation, Éléonore Lanoë.

Pour aller plus loin

Programmation musicale

DIAMOND : BOF DANNY BALIENTE (THE BELIEVER) : Carla's theme

SOMA : THE INNER CINEMA : The collector

NAO : PICTURE THIS IF YOU WILL : Artikkeli

MIDDLEMARCH : WOLF HAL L : A Painters Eye

FOUR TET : ANNA PAINTING : Lahainanoon

EIGHT MILES HIGH : KATALOG : Art gallery