Depuis le début de la pandémie, 31% des Français souffriraient de troubles dépressifs ou psychologiques ©Maxppp - Vanessa Meyer
Depuis le début de la pandémie, 31% des Français souffriraient de troubles dépressifs ou psychologiques ©Maxppp - Vanessa Meyer
Depuis le début de la pandémie, 31% des Français souffriraient de troubles dépressifs ou psychologiques ©Maxppp - Vanessa Meyer
Publicité
Résumé

Alors qu'un tiers des Français souffre de troubles psychiques, l’image de la psychiatrie française n’est pas flatteuse : on parle de patients négligés, de soignants épuisés, d’étudiants démotivés, et de conditions de travail dégradées.

En savoir plus

En ville, psychologues et psychiatres sont débordés. Et à l’hôpital, où des mouvements de grève avaient déjà affecté de nombreux établissements avant la pandémie, la crise a bien sûr aggravé les difficultés. Un tiers des Français souffriraient de troubles psychiques ou de dépression.

37 min

En janvier, le Président Macron a annoncé la tenue d’assises de la psychiatrie et de la santé mentale. Initialement prévues au début de l’été, elles viennent d’être repoussées au mois de septembre. Annonce faite lors d’une conférence avec des pédopsychiatres, ce qui  n’a rien d’anodin, car ce secteur est particulièrement déshérité. Au point que les parents, se trouvent souvent démunis.

Publicité

Pourtant, les soignants se débattent au quotidien pour leurs patients jeunes ou adultes. Comme à l’hôpital Henri Mondor à Créteil, l’un des plus grands CHU de France. Danielle Messager y est accueillie aux urgences, là où tout le parcours du patient commence le plus souvent.

Pas assez de psychiatres de ville, pas assez de lits à l’hôpital, des conditions d’internement dépassées, la psychiatrie est bien le parent pauvre de la médecine française. Que dire alors de la pédopsychiatrie ?

54 min

Dix pour cent des adolescents français présentent des signes de souffrance psychique et pourtant, on forme de moins en moins de pédopsychiatres.

« Psychiatrie, la grande oubliée de la médecine française » c’était un reportage de Danielle Messager. Prise de son, Fabien Gosset, Thomas  Robine et François Rivalan… 

Réalisation, Violaine Ballet assistée de Martine Meyssonnier, mixage Dhofar Guerrid. Documentation, Sabine Bonamy. Documentation musicale, Romain Couturier.

Pour aller plus loin

Programmation musicale

SHCAA When eternity 

JONATHAN FITOUSSI Ignition 

I’M NOT A GUN Ripples in the water 

LITTLE PEOPLE Lozen 

MUM Slow bicycle 

PAN AMERICAN Tract 

CHILLY GONZALES Treppen 

JOSEPH SCHIANO DI LOMBO Sans contrefaçon (façon Satie) 

HOWIE LEE Time to the sun 

Références

L'équipe

Géraldine Hallot
Géraldine Hallot
Jérôme Chelius
Réalisation
Martine Meyssonnier
Collaboration