François Boucq dessinateur, et auteur avec l’écrivain Yannick Haenel de "Janvier 2015, le Procès", (Éditions Charlie Hebdo les Echappés)
François Boucq dessinateur, et auteur avec l’écrivain Yannick Haenel de "Janvier 2015, le Procès", (Éditions Charlie Hebdo les Echappés)
François Boucq dessinateur, et auteur avec l’écrivain Yannick Haenel de "Janvier 2015, le Procès", (Éditions Charlie Hebdo les Echappés) ©AFP - Joël Saget
François Boucq dessinateur, et auteur avec l’écrivain Yannick Haenel de "Janvier 2015, le Procès", (Éditions Charlie Hebdo les Echappés) ©AFP - Joël Saget
François Boucq dessinateur, et auteur avec l’écrivain Yannick Haenel de "Janvier 2015, le Procès", (Éditions Charlie Hebdo les Echappés) ©AFP - Joël Saget
Publicité
Résumé

François Boucq, auteur de bande dessinée français, co-auteur de "Janvier 2015 - Le procès", revient sur le procès d'assises de l'attentat à Charlie Hebdo, qui s'est déroulé à la fin de l'année 2020 au tribunal judicaire de Paris.

avec :

François Boucq (Dessinateur de BD).

En savoir plus

Du 2 septembre au 13 décembre 2020, s'est tenu au tribunal judiciaire de Paris le procès des attentats de janvier 2015. Un procès historique, qui a été filmé, dans le respect des règles judiciaires.

Nous, les dessinateurs, on est en face de ceux qui se présentent à la barre. On a un endroit très particulier entre les juges et la barre, à deux mètres des gens qui se présentent. – François Boucq

Publicité

L'auteur explique que le dessin permet de prendre une distance importante et nécessaire avec la situation, "pour ne pas être percuté en plein fouet".

Quel moment du procès a été le plus marquant ?

"Quand on voit la femme de Frédéric Boisseau, le premier tué dans l'attentat, arriver à la barre et puis décrire tout son roman d'amour avec lui, puis comment elle était désespérée de ne pas avoir de ses nouvelles, ça cloue sur place."

François Boucq n'a pas voulu dessiner les images projetées, celles de la tuerie, mais les visages des terroristes : "Je ne voulais pas que ce soit quelque chose de voyeuriste."

Quid de la lucidité du dessinateur ?

Il est facile de se retrouver "embarqué émotionnellement", explique l'auteur. Le dessin est cependant son allié pour mettre une distance, notamment avec la barre. 

La seule vérité qui était celle que j'ai pu apprécier, c'est celle qui se passait là. Et le dessin, c'est le témoignage de cette vérité du moment_._ – François Boucq

Janvier 2015 – Le procès de François Boucq et Yannick Haenel, aux éditions Les Échappés

Références

L'équipe

Laetitia Gayet
Laetitia Gayet
Laetitia Gayet
Production
Laetitia Gayet
Laetitia Gayet
Laetitia Gayet
Journaliste