Les couvertures des livres jeunesse "Embrasse-moi" & "Roule, Ginette !"
Les couvertures des livres jeunesse "Embrasse-moi" & "Roule, Ginette !" - Éditions Gallimard / La ville brûle
Les couvertures des livres jeunesse "Embrasse-moi" & "Roule, Ginette !" - Éditions Gallimard / La ville brûle
Les couvertures des livres jeunesse "Embrasse-moi" & "Roule, Ginette !" - Éditions Gallimard / La ville brûle
Publicité

Un classique de la déclaration d'amour, et une réécriture féministe du conte "Roule galette".

"Embrasse-moi", de Jacques Prévert et Ronan Badel

Retour sur un classique de l’actualité amoureuse !

Il s'agit d'un recueil de 20 textes signés de celui qui ne voulait pas être étiqueté poète. Jacques Prévert n’est pas que le champion français des célébrités qui a le plus donné son nom aux écoles, collèges ou lycées.

Publicité

Trois allumettes une à une allumées dans la nuit. La première pour voir ton visage tout entier, la seconde pour voir tes yeux, la dernière pour voir ta bouche, et l’obscurité toute entière pour me rappeler tout cela en te serrant dans mes bras".

Prévert aimait les femmes, les amis, la vie, les mots, l’absurde, son époque, les collages, le silence, Paris et les embruns du Cotentin.

Après sa copine Jacqueline Duhême, c’est Ronan Badel qui a dessiné au crayon. 

Ses illustrations - avec un zeste de Sempé - peuvent s’exprimer largement sur plus de la moitié des pages en poursuivant le voyage des mots de l’auteur. 

Prévert avait un corps d’adulte pour tromper l’ennemi mais un gamin éternel vivait en lui ; connaissait par cœur les issues de secours de la vie.

"Embrasse-moi", de Jacques Prévert et Ronan Badel, Editions Gallimard Jeunesse / Dès 7/8 ans

"Roule, Ginette !", d'Anne Dory et Mirion Malle

À l'orée de la forêt, il y a une maison. C'est là que vivent un Vieux, et une Vieille prénommée Ginette.

Depuis qu’elle est jeune fille, Ginette s’occupe de son mari.  Elle lui prépare à manger, lave son linge, allume le feu dans la cheminée et nettoie la maison.

Le Vieux mène sa vie de prince, et donne des ordres à Ginette depuis le moelleux de son fauteuil. 

"J’ai envie de manger une galette".

Le manque de farine n'est pas une excuse pour le Vieux : après tout, il y a du blé qui traîne sur le plancher du grenier. 

Elle ramasse les grains de blé, les écrase pour faire de la farine, puis prépare la galette.

Lorsque celle-ci est prête, elle est encore trop chaude à son goût et le fait remarquer à Ginette. 

Elle met la galette à refroidir dehors, sur le rebord de la fenêtre. Un rayon de soleil illumine sa croûte dorée. En la regardant, elle se dit que cette galette a bien de la chance de se prélasser ainsi au soleil.

Soudain, son vœu est exaucé : Ginette devient... une galette !

Elle sent la chaleur du soleil l’envelopper et elle voit le chemin qui part de la maison et serpente vers la forêt. 

La Vieille a si souvent eu envie de prendre ce sentier et de s’en aller.

Et ni une, ni deux, la voilà sur le chemin pour savourer sa liberté retrouvée. Jusqu'à ce qu'elle croise un lapin...

"Galette, je vais te manger !"

Cette histoire vous en a-t-elle rappelé une autre ? Il s'agit bien ici d'une réécriture farfelue et engagée du conte traditionnel russe Koloblok, que l'on connaît mieux sous le titre "Roule Galette". 

Une réécriture étonnante et féministe, qui ose égratigner la tradition, pour célébrer la liberté, la sororité, et les femmes qui ont osé dire non.

"Roule, Ginette !", d'Anne Dory et Mirion Malle, Editions La ville brûle / A partir de 5 ans