Couvertures des livres jeunesse "Le livre qui ne voulait pas être lu" &"Opération bye bye béton"
Couvertures des livres jeunesse "Le livre qui ne voulait pas être lu" &"Opération bye bye béton" - Éditions Robert Laffont / Éditions La ville brûle
Couvertures des livres jeunesse "Le livre qui ne voulait pas être lu" &"Opération bye bye béton" - Éditions Robert Laffont / Éditions La ville brûle
Couvertures des livres jeunesse "Le livre qui ne voulait pas être lu" &"Opération bye bye béton" - Éditions Robert Laffont / Éditions La ville brûle
Publicité

Réensauvagement urbain et liberté des mots au programme de L'as-tu lu !

"Opération bye bye béton", de Roca Balboa et Ophélie Damblé

Camomille vit sur un terrain vague entre deux immeubles, juste derrière le camion de Gigi, à cinquante-trois pas très exactement de l'école.

Ses parents sont des plantes sauvages, qui aiment pousser là où elles veulent.

Publicité

Les parents de Camomille sont super. Ils lui ont appris à reconnaître toutes les bonnes choses à manger que l'on trouve dans la nature, à fabriquer de chouettes cachettes avec ce que les gens jettent dans la rue, et à savoir avant tout le monde quand il va pleuvoir.

Pratique, ça ! Le jour est venu pour Camomille de découvrir le monde nouveau de l'école, à commencer par son professeur.

Côté cantoche, ce n'est pas jojo : tous les matins, un gros camion pollue la rue pour livrer les repas. Et c'est tout à fait DE-GOU-TANT !

Bon, on peut se détendre quand même après tout ça ?

Ouf, c'est l'heure de la récré...

"Mais quoi ? PARDON ? Elle ne dure que 10 minutes ?! C'est une blague ou quoi ?: Rendez-nous la récré !"

Rassurez-vous ! Le point positif, c'est que Camomille a fait la connaissance de ses comparses.

Leur jeu préféré pendant la récré ? Imaginer à quoi ressemblerait cette vieille cour d'école toute moisie, si seulement on les laissait faire.

Tous ensemble, ils fomentent un super plan.

A chaque récré, ils vont enlever, en toute discrétion, des petits bouts de béton pour réaliser leur rêve de cour de récré super stylée.

Mais Camomille et ses amis vont avoir du pain sur la planche. Enfin non, justement.

Le lendemain, panique à la cantoche ! C'est la cata ! Le livreur est malade : une farnientouillite aiguë qui l'empêche de sortir de son lit.

Mais que va-t-on bien pouvoir donner à manger aux enfants ?!

Camomille est LA personne de la situation, puisqu'elle a la solution.

“On peut aller chez moi ! C'est juste au coin de la rue, on pourra cueillir des tas de bonnes choses à manger.”

Cette journée de cueillette est une révélation pour tout le monde.

C'est un incroyable festin, un franc succès même, on ne va pas se mentir !

« Opération bye-bye béton » réussit le tour de force de parler écologie sans sombrer dans un discours alarmiste ou déprimant, ce qui est plutôt appréciable lorsque l'on s'adresse aux enfants.

Le livre est une joyeuse révolte de la jeunesse pour réensauvager le milieu urbain, tout en se gaussant des pitreries et des détails impertinents des illustrations, peut-être mieux compris par les plus grands lecteurs...

▶︎  "Opération bye bye béton", de Roca Balboa et Ophélie Damblé, Editions La ville brûle / À partir de 6 ans.

"Le livre qui ne voulait pas être lu", signé David Sundin traduit du suédois par Anna Postel

Le ton est donné, dès la couverture fond vert avec dorures.

"N’ouvre pas ! Laisse ce livre tranquille."

Donc le pouvoir d’attraction sera immédiat pour les enfants, l’interdit étant un puissant moteur, rien de nouveau.

De nouveaux mots firent leur apparition, jamais entendus auparlavant.

Il devint soudain très pifficile de fire le livre.

Quand le chien eut azalé les troquettes, ils voulurent slouper de la monfiture.

Mortordu, ayant fait ses preuves, on reprend le procédé sur une page mais ... le livre qui invente ses propres mots, qui résiste en apparence à la lecture s’agite !

C’est alors qu’il se change en ailes ! Et se met à flap flaper en l’air comme un oiseau.

La grande personne, donc le parent, doit s’allonger sur le livre et compter jusqu’à 10. Puis, elle regarda si le livre avait arrêté ses bêtises.

Pas du tout, car alors le texte se mit à rétrécir, rétrécir puis pour s’échapper encore à grandir, et grandir et encore grandir.

"Hé, le livre tu te calmes !"

Donc, va-et-vient permanent entre l’enfant, l’adulte et le livre ; cette pièce se joue à trois, avec des dessins issus des imagiers fin XIXème siècle - début XXème siècle.

Le jeu consiste à se dire que le livre va s’arrêter, se refermer  :

“Retiens-le !!!”

Pas mal de subterfuges pédagogiques et joyeux sont convoqués, comme autant d’obstacles pour arriver à lire ce livre récalcitrant.

De l’humour et de jolies inventions graphiques efficaces.

Mais attention : pour dompter ce livre magique, indiscipliné, interactif, il vous faudra aimer le déclamer avec votre enfant pour une expérience de lecture réussie !

▶︎  "Le livre qui ne voulait pas être lu", signé David Sundin traduit du suédois par Anna Postel, Editions Robert Laffont / Pour les 4-7 ans.