Couverture de "Les indispensables de L'as-tu lu mon p'tit loup?" de Denis Cheissoux - Editions Gallimard Jeunesse
Couverture de "Les indispensables de L'as-tu lu mon p'tit loup?" de Denis Cheissoux - Editions Gallimard Jeunesse
Couverture de "Les indispensables de L'as-tu lu mon p'tit loup?" de Denis Cheissoux - Editions Gallimard Jeunesse
Publicité
Résumé

C’est l’histoire d’un petit garçon dans les années 60, qui a eu la chance de naître sans écran.

En savoir plus

Une petite histoire de fin de saison…

C'est l'histoire d'un petit garçon.

Publicité

Sa Maman Geneviève lui lisait "Plouf le canard sauvage", "La vache orange", "Babar", "Panache l’écureuil", "Pouf et Noiraud", "Youpi" et "Caroline", et des histoires de monstres car il aimait les monstres.

Il écoutait des livres disques, "Le vilain petit canard", où les soi-disant moches devenaient beaux.

Son père, Louis, l’emmenait au musée, lui lisait des poèmes qu’il ne comprenait pas mais dont il aimait la musique.

"20 000 lieues sous les mers", "Mozart", "le Petit Prince" raconté par Gérard Philippe, "la Pastorale des Santons de Provence". Bref, il fabriquait son imaginaire avec des mots et des voix**.**

Geneviève et Louis n’auront malheureusement jamais su que leur fils, à la croisée de l’oralité et de l’écrit, des images et de la nature, rentrerait à France Inter à 23 ans et causerait dans le poste 40 ans plus tard.

En septembre 1987, Jean Garretto lui dit : « L’as-tu mon p’tit loup ? C’est un bon titre, essayez ! Si dans trois mois ça ne marche pas, vous trouverez autre chose ».

Totale confiance.

"L’as-tu lu", ce fut 20 ans dans la matinale du samedi, 13 ans avant "le Masque et la Plume", puis 2 ans avec toi Dorothée.

Mais dans l’aventure de départ, il y avait Patrice Wolf - au patronyme prédestiné - son comparse, son ami dont la médiathèque jeunesse de Tours porte le nom.

L’un apporta le meilleur des livres, l’autre l’envie de partager cette matière vierge de médias avec une écriture radiophonique, un ton.

Denis Cheissoux en studio, muni de sa fameuse moulinette (indispensable pour enregistrer L'as-tu lu) !
Denis Cheissoux en studio, muni de sa fameuse moulinette (indispensable pour enregistrer L'as-tu lu) !
© Radio France - Marion Philippe

Et tous deux étaient réunis par cette création folle, par l’envie de faire connaître ces pépites inconnues des médias à l’époque.

Défricher, rappeler que les enfants ne sont pas des remplisseurs de caddies, que l’album jeunesse n’est pas qu’un cadeau de Noël, que plus les enfants auront des mots moins ils en viendront aux mains, que les enfants ont le sens naturel de tout ce qui relie les choses entre elles, que la soupe fait grandir mais la culture aussi, qu’ils passent de l’autre côté du miroir avant que le plafond de verre du rationnel les rattrape.

Voilà pourquoi ce petit garçon a créé "L’as-tu lu", un an après être devenu papa.

Parce qu’il fallait rompre aussi avec cette complaisance qui voulait qu’un ouvrage pour gosses puisse supporter la médiocrité. Et donc démêler chaque semaine le bon grain de l’ivraie en ouvrant des dizaines d’albums car le beau, le gentil, les bonnes intentions ne suffisent pas.

On n’est pas auteur illustrateur jeunesse parce qu’on ne peut pas le faire chez les adultes.

Parce que le miracle c’est l’enfant qui lit, il sera sauvé, deviendra autonome.

Et j'ai sélectionné ces livres, depuis 4 ans avec l’aide de Lucie Kosmala, en pensant toujours qu’ils seront lus le soir seul ou en famille.

Un repère affectif posé au bord du lit où les parents deviennent les meilleurs comédiens de la Terre.

Merci aux imagiers, qui sont le début de la lecture ; l’image est un monde en soi qui mène à un autre monde, celui de l’écrit.

Merci Pennac, "l’Œil du loup", "Kamo", "Flon-flon et musette", "Jojo la mache".

Et j'ai eu la chance de voir passer toutes les tendances, de repérer des grands à leur tout début, et de vous en faire part.

Timothée de Fombelle, "Tolbie Lolness", les premiers Ponti, Solotareff, Mario Ramos, Bottero, Thierry Dedieu, Alain Serres, Douzou, François Place, Christophe Besse, Bruno Heitz, Isabelle Chatellard et ses chapeaux magiques, Dautremer, Crowther, Nathalie Novi et ses chapeaux, Mourlevat, Piquemal, Fred Bernard … Et même le premier Harry Potter !

Et d’autres anglais déjà installés : Quentin Blake, Burningham, Roald Dahl, Anthony Browne, Babette Cole…

Merci à Pef, Ungerer, "La famille souris", "Flon-Flon et Musette", "Ernest et Célestine"….

Pardon pour la centaine que je ne peux nommer, merci à tous, aux créateurs d’aujourd’hui, de demain, de nous réjouir le cœur avec tant d’inventivité et nous rappeler l’enfant qu’on a été.

Cette saison la 35e se referme donc comme un livre d’images.

"L’as-tu lu mon p’tit loup ?" nous permet, cher Eric, de ne pas vieillir trop vite. Merci à toi, the voice," durant 15 ans, capable de découvrir le texte à la dernière minute et de le sortir parfaitement en une prise !

Et puis, n’oublions pas l’essentiel, la meilleure partie de l’émission : la moulinette !

Références

L'équipe

Denis Cheissoux
Denis Cheissoux
Denis Cheissoux
Production
Denis Cheissoux
Denis Cheissoux