L'environnement dans les médias aujourd'hui ©Getty -  Spyros Arsenis / EyeEm
L'environnement dans les médias aujourd'hui ©Getty - Spyros Arsenis / EyeEm
L'environnement dans les médias aujourd'hui ©Getty - Spyros Arsenis / EyeEm
Publicité
Résumé

Vous allez me dire : "N’importe quoi, on ne parle que de ça, partout, tout le temps". Le dire comme cet auditeur, qui nous écrit qu’on en fait trop à propos de l’écologie : "On est saturé de vos leçons de morale. C'est anxiogène et à mon avis contre-productif. Ça devient rasant", conclue le message sans prénom.

En savoir plus

France Inter et la plupart des médias généralistes se sont effectivement mis au vert fluo depuis la rentrée : la question environnementale est arrivée dans le top de la hiérarchie des informations, avec des impasses désormais impossibles.

Parce que ça n’a donc pas toujours été le cas ?

Loin de la là, le climat n’est pas sexy. Ce n’est pas moi qui le dit mais la journaliste Anne-Sophie Novel qui consacre dans son livre Les médias, le monde et nous, tout un chapitre sur ce qu’elle appelle « l’impensé écologique ». 

Publicité

Le climat, un thème qui n’est pas vendeur dans les rédactions des années 2000. Et un terme qui sonne à l’époque compliqué, renvoyant aux sciences, aux maths, aux experts. Bref « un truc qui fait peur, et fait fuir l’audience », d’après les propos qu’elle se souvient avoir entendus et qu’elle rapporte.

Il est vrai que la question n’est pas facile à traiter : complexe, et très abstraite. Dire par exemple qu’on doit limiter le réchauffement de la Terre à 1,5 degrés ne parle pas directement, ni à l’opinion, ni aux médias, qui préfèrent sentir les choses, les palper, pour réagir.

Et puis il y a une autre difficulté : l’angoisse que ça provoque chez nous, et la culpabilité qui va avec. Sans parler du système que l’urgence climatique remet en cause, mais dans lequel on vit – et on travaille aujourd’hui.

A partir de quand les choses ont commencé à changer ?

Anne Sophie Novel explique que c’est la COP21 à Paris qui a donné un coup d’accélérateur, avant que Nicolas Hulot n’enfonce le clou dans ce studio il y a pile 1 an et 2 mois, et que Greta Thunberg ne secoue nos apathiques dirigeants en leur disant droit dans les yeux de se bouger.

Mais vous savez quoi ? L’environnement est en fait présent dans la presse dès le milieu du XIXème siècle, avant que des publications spécialisées ne pullulent dans les années 70 : quelques titres, c’est cadeau : La Gueule ouverte, le journal qui annonce la fin du monde ou Le sauvage ou encore, sur l’ORTF, l’émission L_a France défigurée_. Cela après le choc pétrolier et la mission Apollo 8, qui montre pour la première fois en entier notre planète, si petite et fragile vue de là-haut. 

Dans les rédactions, les journalistes se spécialisent, avec de doux surnoms comme "ayatollahs verts" ou "bisounours amoureux des fleurs". 

Désormais, on cherche à comprendre, profondément, ce qui se passe et c’est tant mieux, pour Anne-Sophie Novel, qui viendra développer tout cela dans la Terre au Carré.

Références

L'équipe

Camille Crosnier
Production