France Inter
France Inter
Publicité

Le cabinet Alixio a réalisé une enquête auprès des grands groupes français : ils prévoient des augmentations comprises entre 2 et 3% des enveloppes salariales l'an prochain.

On parle du secteur privé, des entreprises – pas de la fonction publique. 

En réponse à la hausse des prix, notamment des prix de l’énergie mais pas seulement, on se demandait si les entreprises allaient revaloriser les salaires et dans quelle mesure. 

Publicité

Eh bien, on commence à avoir des réponses concrètes. Le cabinet spécialiste en ressources humaines Alixio a sondé des dizaines de grands groupes (chacun emploie plus de 10.000 salariés), et leur a demandé si l’inflation change leur politique salariale : réponse, oui, à 97%. 

Ensuite, on leur a demandé : de combien ? Réponse : les enveloppes salariales prévues pour 2022 vont grimper de 2 à 3% - ce qui constitue réellement un virage par rapport à ces dernières années : cette année, c’était de 1 à 2%. 

On le sait, ces enveloppes se répartissent entre augmentations générales (pour tout le monde) et individuelles. Là encore, un autre point complètement nouveau est que de plus en plus de ces entreprises envisagent des augmentations générales pour les cadres, ce qui n’était plus le cas depuis longtemps. 

Alors, qu’en conclure ? Ces hausses sont moins élevées que celles vues aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, mais l’inflation est aussi moins élevée en France (2,8%), parce que (parce que) il y a davantage de taxes sur les prix des énergies qui amortissent les hauses – oui, je sais c’est difficile à comprendre ! 

Bien sûr, cette enquête concerne des grandes entreprises, mais beaucoup de NAO, ces négociations annuelles obligatoires entre directions et syndicats, vont travailler sur des fourchettes de 2 à 3% y compris dans des PME – je précise que ce n’est pas le cas partout avant de recevoir une avalanche de mails et de commentaires sur Twitter… 

Reste une question … Elle est essentielle. Les entreprises ont été interrogées fin novembre-début décembre, avant que le Delta d’hiver et Omicron ne déboulent. 

Comment la vie des entreprises et l’économie vont-elles être atteintes par le regain d’épidémie ? Honnêtement, on n’en sait rien : l’économie s’est habituée à vivre avec le virus mais Omicron est très contagieux mais Omicron est peut-être aussi moins grave. 

Bref, les négociations salariales dans les entreprises (celles qui n’ont pas encore eu lieu) vont se dérouler dans un climat inconnu. 

Sauf, et c’est un point essentiel, que les salariés sauront rappeler que leurs résultats -ceux des entreprises- ont été excellents cette année – et donc que cela mérite un renvoi d’ascenseur.

L'équipe

Dominique Seux
Dominique Seux
Dominique Seux
Production