Retour sur le mariage TF1 M6. Ici la tour de TF1.
Retour sur le mariage TF1 M6. Ici la tour de TF1.
Retour sur le mariage TF1 M6. Ici la tour de TF1. ©AFP - Emeric Fohlen / NurPhoto
Retour sur le mariage TF1 M6. Ici la tour de TF1. ©AFP - Emeric Fohlen / NurPhoto
Retour sur le mariage TF1 M6. Ici la tour de TF1. ©AFP - Emeric Fohlen / NurPhoto
Publicité
Résumé

Ce rapprochement est présenté comme un acte de résistance face aux ogres américains et c'est le vrai sujet. Il reste des obstacles à franchir, mais Martin Bouygues et Nicolas de Tavernost font tous deux la preuve de leur incroyable résilience.

En savoir plus

C’est l’événement le plus important du secteur depuis la privatisation de la Première chaîne, en 1987 : s’il réussit, l’ensemble aura une audience cumulée de 42% de l’audience télévisuelle, avec deux grandes chaînes généralistes et la radio RTL. 

Ce rapprochement est présenté comme un acte de résistance face aux ogres américains et s’il ne faut pas être dupe de la communication officielle -il est moins facile de dire : je veux gagner plus d’argent et éliminer la concurrence-, il faut reconnaître que cette lecture défensive n’est pas fausse. 

Publicité

Autrefois roi du village audiovisuel, TF1 est aujourd’hui pour les consommateurs d’images un écran parmi d’autres. 

Nous avons le choix entre des dizaines de chaînes gratuites, des centaines de payantes, et des plates-formes numériques hyper-puissantes : Netflix, Amazon Prime vidéo, Disney+, You Tube, Facebook etc. 

C’est à elles que nous nous abonnons, vers elles que la publicité va, et elles ont des moyens énormes pour produire des séries et des films. Et rafler les vedettes. Le recrutement d’Omar Sy par Netflix pour la série Lupin a été un coup de tonnerre. Chaque épisode a coûté trois fois plus cher qu’un épisode de Capitaine Marleau. Bref, il faut grossir pour ne pas mourir, c’est une bagarre mondiale qui a lieu sous nos yeux -et on peut toujours se gratouiller le nombril franco-français, c’est une réalité.

Mais la réussite de ce mariage TF1-M6 est-elle certaine ? 

Non. D’abord, l’autorité de la concurrence décidera si l’ensemble domine trop le marché de la publicité télévisuelle (ils en représentent presque les ¾) ou si elle considèree qu’il faut regarder, plus largement, le marché de la publicité sur la vidéo ou sur le numérique. 

Et puis grossir ne suffit pas pour réussir. Les consommateurs, surtout jeunes, ne regardent plus ébahis les chaînes de télévision, ils attendent des nouvelles idées : c’est l’idée Netflix qui a conquis 200 millions d’abonnés (dont 9 en France) en seulement cinq ans ; c’est Brut qui séduit les jeunes. TF1-M6 restera de toute façon petit à l’échelle mondiale, ce sont les idées qui feront la différence – ou pas. Mais ce rapprochement fait sens. 

Dans ces fiançailles, les hommes ont compté. C’est l’œuvre de Martin Bouygues, comme toujours sous-estimé, c'est le moins médiatique des patrons de médias, présent dans la construction, les télécoms et les médias ; et c’est le succès de Nicolas de Tavernost, patron historique, ultra-économe et insubmersible de M6. 

Et pour être transparent vis-à-vis des auditeurs, je dois signaler que j’interviens régulièrement sur LCI dans l'émission de David Pujadas et Amélie Carrouer.

Références

L'équipe

Dominique Seux
Dominique Seux
Dominique Seux
Production
Dominique Seux
Dominique Seux