Publicité
Résumé

Le rachat du groupe de médias M6 entre dans la dernière ligne droite, les dossiers de candidature doivent être déposés ce week-end. TF1 semble bien parti, mais des rebondissements sont toujours possibles.

En savoir plus

Le groupe M6, qui comprend plusieurs chaînes de télévision, mais aussi des radios dont RTL, a été mis en vente par le groupe allemand Bertelsmann. Lequel groupe allemand veut se muscler en Allemagne face aux géants américains du numérique, les fameux Gafa. C’est ce week-end que les prétendants devront déposer leurs offres détaillées : sur les rangs, on trouve TF1, Vivendi (qui contrôle Canal Plus et CNews), on trouve l’Italien Mediaset et on trouve des personnalités très présentes dans les médias, Xavier Niel et le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky. 

Alors, au-delà de la question de savoir qui va l’emporter (on va y revenir dans un instant), le point intéressant est de voir que cette vente se déroule dans un paysage audiovisuel bouleversé, justement, par les Gafa. 

Publicité

- Il y a dix ans, les télévisions françaises s’affrontaient entre elles. Aujourd’hui, chaque téléspectateur a le choix entre des centaines de chaînes ; davantage de monde utilise chaque jour Facebook que n’importe chaîne de télévision ; et la durée d’écoute de Netflix dépasse celle de TF1 en direct. On a cité Netflix, mais il y a Amazon Prime Vidéo, Disney+, sans compter les jeunes arrivants, les AVOD, le streaming financé par la publicité – comme Rakuten. Voilà pour les écrans. 

- Sur le plan financier, tout a changé aussi : la télévision était un point de passage obligé pour les annonceurs, elle n’est aujourd’hui qu’un point parmi d’autres ; Facebook et Google raflent une grosse partie du marché. Enfin, last but not least, pour financer la production audiovisuelle, la création, ce sont les acteurs numériques qui ont les poches les plus remplies -et de très loin. 

Bref, l’enjeu pour les acteurs français est de grossir pour survivre.

Et du coup, qui est le mieux placé ?

Les dés roulent encore, mais TF1 est bien parti, assurent les journalistes des Echos Fabienne Schmitt et Nicolas Madelaine. De fait, le groupe Bouygues a de bonnes cartes en mains : il connaît le métier de la télévision, et grossir lui permettrait de peser plus lourd pour produire des séries ou des événements. TF1 + M6, ce serait et de loin plus de la moitié de la publicité télévisuelle. 

C’est d’ailleurs le handicap majeur de cette candidature aux yeux des autorités de la concurrence. Mais TF1 plaide qu’il faut considérer le marché de la publicité dans son ensemble. Politiquement, le pouvoir n’a rien à dire, quand même on imagine qu’Emmanuel Macron préférerait sans doute que M6 passe dans les mains de TF1 plutôt que celles de Vincent Bolloré, beaucoup plus à droite. 

Tout cela est à suivre : Bertelsmann veut avoir tout bouclé avant le 30 juin.

Références

L'équipe

Dominique Seux
Dominique Seux
Dominique Seux
Production
Dominique Seux
Dominique Seux