France Inter
France Inter
Publicité
Résumé

Le projet de passeport sanitaire franchit un premier cap dans l’Hexagone…

En savoir plus

Cette fois-ci, la France ne veut pas être à la traîne, comme avec les masques ou les vaccins. Depuis hier soir, l’application TousAntiCovid permet de stocker un certificat de test PCR ou antigénique. Et ce sera le cas dès le 29 avril pour une attestation de vaccination. La France est ainsi le premier pays européen à proposer ce service. L’avantage, c’est que ces documents seront certifiés par l’assurance-maladie, et rapidement utilisables via un QR Code, pour la police aux frontières ou les compagnies aériennes.

Car c’est à ce stade la principale utilité de ce passeport sanitaire : pouvoir voyager plus facilement. L’outil va être expérimenté dès ce mois-ci sur les vols vers la Corse, puis vers l’Outre-Mer. L’objectif est d’être fin-prêt d’ici à la mi-juin, date butoir fixée par Bruxelles pour une généralisation dans toute l’Union européenne. Il s’agit bien sûr de sauver la saison touristique. Au passage, l’appli TousAntiCovid pourrait trouver là une deuxième vie, après avoir été un échec en matière de traçage.

Publicité

Mais tout le monde n’a pas encore accès au vaccin, loin de là…

C’est pour cela qu’on parle de passeport sanitaire et pas vaccinal, un test PCR récent sera toujours suffisant. Mais si on se projette un peu, une fois la majorité des populations vaccinées, le test deviendra plus marginal. Et la question d’une utilisation plus large que pour les voyages va vite se poser. Dans la coulisse, les entreprises poussent depuis des mois pour en faire un outil de reprise. L’exécutif, lui, avance à pas comptés, faute de doses suffisantes de vaccins et parce qu’il craint le débat sur l’atteinte aux libertés publiques.

Mais il admet que le passeport pourrait servir aux événements attirant la foule : grands concerts, festivals, salons professionnels… Des secteurs à l’arrêt depuis un an. Pas question en revanche d’exiger un tel label pour aller chez le coiffeur ou au restaurant. Pour l’instant en tout cas. Car au final, tout dépendra de l’évolution de l’épidémie : si elle s’installe sur des années comme la grippe, avec des rappels de vaccination, le passeport s’imposera plus largement. Sinon, il disparaîtra, et ce sera tant mieux !

Références

L'équipe

Dominique Seux
Dominique Seux
Dominique Seux
Production