Accord Véolia Suez. ici la tour Suez à La Défense dans les Hauts-de-Seine ©Maxppp - Vincent Isore
Accord Véolia Suez. ici la tour Suez à La Défense dans les Hauts-de-Seine ©Maxppp - Vincent Isore
Accord Véolia Suez. ici la tour Suez à La Défense dans les Hauts-de-Seine ©Maxppp - Vincent Isore
Publicité
Résumé

Veolia reprend les activités internationales de Suez, tandis que les activités nationales de Suez seront principalement contrôlées par un fonds français, Meridiam : c’est le nouveau Suez, non côté et franco-français. Les milieux économiques sont satisfaits de ce cessez-le-feu après une guerre incongrue.

En savoir plus

Accord révélé hier matin, après huit mois de violente bataille, boursière, juridique, politique et ... humaine. 

La lecture de cet accord est simple : Véolia met la main sur Suez et créé un géant mondial plus grand qu’il n’était jusqu’à présent.

Publicité

Le chiffre d’affaires de l’entreprise spécialiste, entre autres, de l’eau et des déchets va passer de 26 à 37 milliards d’euros et le nombre de salariés de 180 à 230.000.

Pour l’essentiel, Veolia reprend les activités internationales de Suez, tandis que les activités nationales de Suez seront principalement contrôlées par un fonds français, Meridiam : c’est le nouveau Suez, non côté et franco-français. 

Disons-le : ce matin, les milieux économiques sont satisfaits de ce cessez-le-feu après une guerre incongrue en pleine pandémie ; le gouvernement est lui aussi satisfait, il a été plutôt spectateur qu’acteur mais il a pesé via la Caisse des dépôts. 

Voilà pour la tambouille – si on peut dire. 

Maintenant, sur le fond

Les avis restent partagés sur le fait de savoir si cela sera un avantage d’avoir un seul candidat français -au lieu de deux- dans les grands appels d’offres mondiaux : le traitement et l’alimentation en eau des mégalopoles, l’assainissement des villes, le ramassage des déchets, le recyclage des plastiques et des batteries électriques etc. 

Ce sera un avantage si les équipes venues des deux entreprises travaillent ensemble et ne se perdent pas dans une guerre qui continue – parce qu’il faut savoir que les ancêtres de Veolia et Suez sont en concurrence depuis ... plus d’un siècle.

C’est une vaste question : quand deux sociétés se rapprochent, l’opération est-ce 1 + 1 = seulement 1 ?

Ou est-ce 1 + 1 = 2 ou 3 ? Des exemples, il y en a dans les deux sens : Total qui rachète Elf, çà marche ; BNP qui reprend Paribas, çà marche ; PSA qui avale Opel, çà marche ; mais la fusion Technip-FMC a échoué ; la fusion Publicis-Omnicom aussi, et on pourrait donner beaucoup d’autres exemples. 

Bref, tout est art d’exécution. Antoine Frérot marchera donc sur des œufs. 

Antoine Frérot, c’est le patron de Veolia, réalise là le rêve de sa vie et promet de construire un champion de la transformation écologique. On verra s’il a bien joué, ce qui est certain c’est qu’il n’a rien d’un parachuté : il a commencé à la Générale des Eaux en 1990, il y a donc plus de 30 ans. 

Et la plupart du temps, il a été sous-estimé parce qu'il a un air bonhomme qui trompe énormément, en réalité il est extrêmement opiniâtre.

Références

L'équipe

Dominique Seux
Dominique Seux
Dominique Seux
Production
Dominique Seux
Dominique Seux