Capture d'écran
Capture d'écran
Capture d'écran
Publicité
Résumé

Ce matin, Sonia Devillers pense avoir exhumé l’histoire la plus crétine et la plus absurde du web cette année ...

En savoir plus

Une grande zinzinerie qui s’est réglée ce week-end aux Etats-Unis, réunissant des centaines de personnes de toutes origines, de tous âges, hilares et munis de frites ou nouilles de piscine en polystyrène coloré. Ces gens, bien décidés à s’affronter pour sauver leur prénom, ne se connaissaient pas. La seule chose qu’ils ont en commun, c’est de s’appeler tous Josh. Et, à la fin, il n’en restera qu’un. 

Ce combat totalement clownesque a été prévu il y a an, en plein confinement. Un internaute vivant à Tucson, baptisé Josh Swain, assommé par l’ennui et lassé d’être affublé d’un était civil aussi banal, s’amuse à envoyer des messages via Facebook aux autres Josh Swain du réseau (il y en a apparemment un paquet) et même, à tous les Josh du monde. Il leur lance un défi. Un tournoi en Arizona, joutes de frites en mousse plusieurs rounds, dont seul le vainqueur sera autorisé à s’appeler Josh – tous les autres devront changer. 

Publicité
Capture d'écran des premiers échanges entre Josh
Capture d'écran des premiers échanges entre Josh

Et vous savez-quoi, c’est un petit Josh de 4 ans qui a gagné ! Little Josh, couronné roi des Josh, porté en triomphe par ces joyeux Josh venus de toute l’Amérique. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L’histoire d’un type qui du jour au lendemain part à la recherche d’autres lui-même, ou bien se met à voir des lui-même partout, ça existe déjà dans la littérature, le cinéma et l’art contemporain. A chaque fois, ces voyages en absurdie permettent d’interroger nos identités. 

Qui suis-je, moi, si l’autre n’est plus altérité ? Qui sommes-nous, tous, si nous sommes les mêmes ? 

C’est d’autant plus amusant que la question du « mème » est devenue propre à la culture numérique. Un « mème » désigne une figure reproduite en masse par les internautes, vidée de son sens et qui en acquiert un nouveau par la répétition. Or, sur les réseaux sociaux, qu’est-ce qui ressemble plus à un Josh Swain qu’un autre Josh Swain ? Au jeu du prénom + nom titulaires de comptes, tous les Josh se valent. Il fallait leur redonner un poids, une peau, un regard, une voix, il fallait leur redonner un corps, « in real life » pour leur redonner une singularité. 

Voilà, tous les Josh se sont entrechoqués dans la vraie vie. C’était pour rire, mais ça dit un peu de comment, aujourd’hui, on se recherche soi en forgeant des communautés sur n’importe quoi.     

Références

L'équipe

Sonia Devillers
Sonia Devillers
Sonia Devillers
Production
Sonia Devillers
Sonia Devillers