Pour le Festival de cannes, à la télévision, la bataille de la Croisette a commencé
Pour le Festival de cannes, à la télévision, la bataille de la Croisette a commencé ©Getty - MANDOGA MEDIA
Pour le Festival de cannes, à la télévision, la bataille de la Croisette a commencé ©Getty - MANDOGA MEDIA
Pour le Festival de cannes, à la télévision, la bataille de la Croisette a commencé ©Getty - MANDOGA MEDIA
Publicité

Canal+ a décidé de rompre son partenariat avec le Festival de Cannes et ne retransmettra plus les cérémonies phares de la Croisette.

Une info du « Point », confirmée hier matin dans « Le Journal du dimanche ». Cela faisait 28 années que Canal+, chaîne dite « du cinéma », diffusait les montées des marches et autres « photocalls » truffés de stars. En pleine renégociation du contrat, Canal+ a préféré couper court. Argument : les cérémonies ne réunissent plus que 600 000 téléspectateurs. Les droits sont chers et face à nous, France Télévisions fait de la surenchère. En effet, France Télévisions, allié avec Brut (qui fabrique des pastilles sur les réseaux sociaux), est candidat à la reprise du partenariat. Mais n’a, à ce stade, pas fini de discuter et n’a rien signé. En outre, le groupe public dément surenchérir financièrement et s’avoue surpris de voir Canal+ tourner les talons. 

Pour comprendre, il faut revenir en arrière

Lorsque Vincent Bolloré prend le contrôle de la chaîne, il réduit les dépenses de Canal+ à Cannes. Les directs depuis l’hôtel Martinez, les équipes descendant en masse sur la Croisette, les fêtes organisées par la chaîne : tout cela étant perçu par l’homme d’affaires breton comme une sorte de « veau d’or », une gabegie. Toutefois, Vincent Bolloré ne remet pas en cause le partenariat entre Canal+ et le Festival de Cannes. Sauf que le nombre d’émissions portant le festival à l’antenne a diminué et que l’audience des tranches en clair de la chaîne cryptée s’est réduite en peau de chagrin. Résultat, le Festival de Cannes s’avère bien moins visible sur Canal+ qu’auparavant.

Publicité

France TV a les moyens de ses ambitions

Face à cela, France Télévisions (un JT majeur sur la 2, un talk-show très regardé sur la 5, une chaîne dédiée thématique dédiée aux arts, etc…) alliée à Brut qui génère des millions de vues sur les réseaux et exporte ses contenus en Inde, au Japon et aux Etats-Unis, constitue une vitrine nettement plus puissante pour le Festival de cinéma. Par ailleurs, si on jette un œil en coulisses, on s’aperçoit que le nouveau monsieur cinéma de France Télévisions, Manuel Alduy, est un ancien de Canal+, la chaîne de Cannes. Et que le cofondateur de Brut s’appelle Renaud Le Van Kim, le réalisateur-producteur qui, pendant 20 ans, a mis en scène tous les événements cannois pour Canal+.

Les droits de retransmission de Cannes tournent probablement autour de 2 millions d’euros. France Télé et Brut devraient se partager les frais. Côté Canal+, on lâche le Festival de Cannes, mais on balise les Césars. La chaîne cryptée vient de re-signer pour 4 années la soirée du cinéma français.