La Provence : le choc des titans - Marc Piasecki/Getty et VALLAURI Nicolas/AFP
La Provence : le choc des titans - Marc Piasecki/Getty et VALLAURI Nicolas/AFP
La Provence : le choc des titans - Marc Piasecki/Getty et VALLAURI Nicolas/AFP
Publicité
Résumé

Xavier Niel et Rodolphe Saadé, les deux milliardairesqui veulent racheter « La Provence » poursuivent leur bras de fer.

En savoir plus

L’avenir du journal a été acté, hier. Mais l’incertitude demeure. Il en va du sort de 850 salariés et de deux quotidiens, celui de Marseille et « Corse Matin ». L’ensemble a été longtemps propriété de Bernard Tapie qui avait cédé 11% à Xavier Niel, fondateur de Free et copropriétaire du « Monde ». Les deux hommes avaient signé un pacte.

Si l’un des deux venait à mourir ou à renoncer, l’autre détiendrait un droit de préemption, plus un droit d’agrément : il serait prioritaire pour racheter la totalité du journal ou bien, son accord serait nécessaire pour la revente à un tiers.

Publicité

Tapie s’est éteint au mois d’octobre

Les problèmes avaient commencé avant, avec l’annulation du fameux arbitrage dans l’affaire Crédit Lyonnais. Tapie devait 400 millions d’euros à l’État. Il y a donc deux liquidateurs judiciaires qui se mêlent aujourd’hui de la succession.

Elle pourrait être très simple, cette succession : Xavier Niel veut racheter les 89% de La Provence qui lui manquent pour en être le seul propriétaire. Il met pour cela 20 millions d’euros sur la table. Et, comme il possède un autre quotidien du le Sud de la France, « Nice Matin », il propose de leur construire une imprimerie commune.

Un nouvel investisseur prêt à dégainer 81 millions d'euros

Seulement voilà, un autre repreneur – encore plus riche et surtout, très puissant localement – est venu contrarier son projet : Rodolphe Saadé, propriétaire de la compagnie maritime, CMA-CGM.

Il quadruple la mise et dégaine 81 millions d’euros.

Forcément l’offre s’avère plus alléchante pour les liquidateurs judiciaires. Les syndicats de « La Provence », eux, se sont divisés. Les uns soutiennent Niel, les autres Saadé. Guerre de tranchées.

En justice, d’abord. Le droit d’agrément dont devait jouir Xavier Niel a été attaqué, puis finalement restauré. Hier, le conseil d’administration de « La Provence » s’est réuni.

Les représentants des deux adversaires se sont fait face. Très vives tensions. C’est finalement le rachat par Rodolphe Saadé qui a été agréé. Par quel miracle ? Le PDG de La Provence, qui présidait la séance, a invalidé les voix de Stéphane Tapie, le fils de Bernard, et des deux émissaires de Xavier Niel. La méthode est pour le moins musclée.

Xavier Niel dénonce « un passage en force ». Mais quels sont ses recours ?

Il peut faire jouer son droit de préemption en s’alignant financièrement sur l’offre de son concurrent. Ou alors, attaquer en justice. Cela invalidera-t-il la vente de « La Provence » ? Pas sûr. Pour l’heure, Rodolphe Saadé l’a emporté. Marseille, le choc des titans.

Références

L'équipe

Sonia Devillers
Sonia Devillers
Sonia Devillers
Production
Sonia Devillers
Sonia Devillers