Gaten Matarazzo, Joe Keery, Maya Hawke, Sadie Sink dans la saison 4 de "Stranger things"
Gaten Matarazzo, Joe Keery, Maya Hawke, Sadie Sink dans la saison 4 de "Stranger things"
Gaten Matarazzo, Joe Keery, Maya Hawke, Sadie Sink dans la saison 4 de "Stranger things" - Netflix
Gaten Matarazzo, Joe Keery, Maya Hawke, Sadie Sink dans la saison 4 de "Stranger things" - Netflix
Gaten Matarazzo, Joe Keery, Maya Hawke, Sadie Sink dans la saison 4 de "Stranger things" - Netflix
Publicité
Résumé

Netflix annonce la quatrième saison de sa série culte, "Stranger Things". Particularité : les épisodes sont à durée variable. On est loin de "Dallas" : 357 épisodes de 45 minutes diffusés sur CBS. Seule exception : le final de Dallas avait été rallongé, un évènement frisant les 1h10.

En savoir plus

Longtemps la télévision a gravé dans le marbre la durée des épisodes de série (pas seulement, des documentaires, des jeux et des magazines aussi). La série imposant une programmation quotidienne ou hebdomadaire, les chaînes commandèrent des formats d’une durée fixe afin de pouvoir articuler l’avant et l’après.

En France, on a connu trois formats rois 

  • le "90 minutes", la durée des prime times, celle de "Julie Lescaut", de "Navarro" ou de "Capitaine Marleau" aujourd’hui.
  • le "52 minutes", la durée d’un épisode de "Dix pour cent" ou de "HPI" sur TF1. Une durée imposée au départ par les programmes américains, exportés en masse dans les années 1970 : 52 minutes de contenu entrecoupées de huit minutes de publicité pour compléter l’heure. Les séries américaines comptaient généralement 26 épisodes ou bien la moitié, 13, afin que l’année (qui comprend 52 semaines) se divisent en 2 ou bien en 4 séries différentes prenant le relais les unes des autres sur la même case. Vous me suivez ?
  • le "26 minutes" (la durée de "Plus belle la vie", de "Un si grand soleil" ou de "Hélène et les garçons" quand on était jeunes). 26 minutes, c’est la moitié de 52.

La télévision et ses multiples de 52 minutes ou de 52 semaines… vous voyez, rien n’est affaire ici d’inspiration ou de poésie. Dans "grille de programme", il y a grille.

Publicité

Arrive la vidéo à la demande, Netflix et consort, plus d’horaire, plus de publicité

Les formats se réinventent et ça force la télé à se déboutonner. Prenez "Game of Thrones", sur la chaîne câblée américaine HBO. Première saison, des épisodes de 52 minutes en rang d’oignon. Puis les plates-formes déferlent sur le marché, la télé doit surprendre si elle veut survivre. Dernière saison de "Game of Thrones" : deux épisodes de 60 minutes, puis quatre de 80 chacun. Sur un programme, ça reste à peu près lisible.

Pour la prochaine saison de "Stranger Things", voici les durées annoncées : on part 1h16, on tombe à 1h03, on remonte à 1h17, puis à 1h38, puis 1h25, puis 2h30… Plus aucune logique. 

La narration a pris – enfin - le pas sur les formats.

Références

L'équipe

Sonia Devillers
Sonia Devillers
Sonia Devillers
Production
Sonia Devillers
Sonia Devillers