Nikos Aliagas lors de la première Star Academy sur TF1 en 2001 ©Maxppp - GIOS Guy
Nikos Aliagas lors de la première Star Academy sur TF1 en 2001 ©Maxppp - GIOS Guy
Nikos Aliagas lors de la première Star Academy sur TF1 en 2001 ©Maxppp - GIOS Guy
Publicité
Résumé

Le Parisien annonce un retour de la "Star Academy" à la rentrée, 14 ans après son arrêt sur TF1.

En savoir plus

Et 21 ans après un démarrage complètement foireux, inscrit dans les annales de la télé. Puis le triomphe est vite arrivé. Saison 4, victoire de Grégory Lemarchal – décédé de la mucoviscidose depuis – le public est en pamoison.

L’intérêt retombe ensuite. Pendant le premier confinement, idée géniale de la production, tous les vieux prime-times de la "Star Ac" ont été mis à disposition sur Youtube. Phénomène : les trentenaires se sont rués sur leurs écrans, nostalgiques des samedis soir de leurs dix ans. Et comme la télévision n’aime rien mieux que les vieux pots, elle remet le couvert.

Publicité

Je m’interroge : pas sur la pertinence d’un télé-crochet en 2022 (trop facile), mais sur celle d’enfermer des jeunes gens dans un château en 2022

Comprenez-moi bien : le jeu dure quatre mois. Quatre mois, en espace clos, coupé du monde, privé de ce qu’on a coutume d’appeler les "télécommunications". En clair, quatre mois sans téléphone. Même moi, j’y vais pas.

Non pas que mes enfants me manqueraient, mais la perspective de ne pas pouvoir tchatcher avec ma sœur et mes amis, ni surfer sur les réseaux, ni lire un papier d’actu, pendant 18 semaines me fait flancher. Suis pas cap.

Je rappelle quand même qu’en 2001, dans quinze pays du monde, les candidats de "Big Brother" - l’émission qui a donné "Le Loft" en France - ont découvert les attentats du 11 septembre des mois après, en sortant de leur isolement.

Je rappelle aussi que George-Alain, candidat à la deuxième édition de la Star Ac, a défoncé une porte de rage quand la conversation avec sa mère a été coupée par la production. Les participants n’ayant droit qu’à une minute de téléphone par jour.

Et c’était avant Twitter et Instagram !

Chez nous, la télé-réalité d’enfermement s’est arrêtée avec "Secret Story" en 2017. Certes, "Koh Lanta" relève d’une forme d’enfermement dehors, mais ce n’est pas du direct.

Lorsqu’ils passent à la télé, les compétiteurs sont rentrés chez eux, et ils ont un retour sur leurs prestations, ils suivent les réactions. La "Star Academy" prive les candidats de cela.

Or, c’est cette coupure entre soi et son prolongement numérique que j’interroge aujourd’hui. S’offrir au public de la scène et de la télévision sans se regarder dans le miroir des réseaux. Pour des stars en herbe, c’est maso.

Références

L'équipe

Sonia Devillers
Sonia Devillers
Sonia Devillers
Production