Les fédérations sportives se mobilisent contre la haine en ligne ©Getty - Oscar Wong
Les fédérations sportives se mobilisent contre la haine en ligne ©Getty - Oscar Wong
Les fédérations sportives se mobilisent contre la haine en ligne ©Getty - Oscar Wong
Publicité
Résumé

Le sport anglais se tait sur les réseaux sociaux : trois jours de boycott pour dénoncer la passivité de Facebook, Twitter et consort face à la prolifération du racisme en ligne.

En savoir plus

Le Français Thierry Henry, champion du monde, ancien joueur d’Arsenal et consultant à la télé anglaise, tire le premier. Fin mars, il ferme ses comptes. S’insurge contre "ces réseaux qui ont mis en place des mesures féroces pour protéger les copyrights", c'est-à-dire les marques déposées, mais pas "pour réguler leurs plateformes"

Le volume considérable de racisme, d'intimidation et de torture mentale qui en résulte est trop toxique pour être ignoré. - Thierry Henry

Publicité

Depuis vendredi, c’est la déferlante. 

Manchester United – 140 millions d’abonnés – n’alimentera pas ses comptes jusqu’à demain, mardi. Ses joueurs noirs Anthony Martial et Marcus Rashford sont la cible d’attaques récurrentes. Par ailleurs, le club vient de bannir 6 supporters, dont des abonnés à l’année, qui ont insulté sur le web le buteur sud-coréen de Tottenham. Toutes les instances du foot anglais – professionnel et amateur – ont emboîté le pas des Mancuniens, comme un "revival" des années 80. A l’époque, les Britanniques chassaient les hooligans des stades. Ils les pointent aujourd’hui, planqués derrière leur anonymat et leurs écrans.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Même le prince William – j’ai découvert à cette occasion qu’il était président d'honneur de la Fédération britannique – a arrêté ses activités sur les réseaux sociaux pour le week-end. 

Le football anglais avait adressé, en février, une lettre aux principaux réseaux sociaux, demandant la mise en place de filtres automatiques contre les messages racistes, leur retrait rapide, un système empêchant les auteurs de créer d’autres comptes ainsi que des poursuites judiciaires si nécessaire. Sans réponse. Cet appel au boycott s’adresse aussi au gouvernement britannique. Alors qu'une loi visant à encadrer les réseaux sociaux, est en préparation, on soupçonne Boris Johnson de mollir face aux GAFA. 

Là, le premier ministre se voit interpellé de toutes parts. La colère du ballon rond a déclenché l’engagement de plusieurs fédérations, celles de rugby, de cyclisme et même de cricket. Rejointes par les tournois de tennis du Grand Chelem et les plus prestigieux pilotes de Formule 1, en tête desquels Lewis Hamilton, septuple champion du monde, sujet britannique et homme noir. Tous dénoncent cette culture de la haine.  

Références

L'équipe

Sonia Devillers
Sonia Devillers
Sonia Devillers
Production
Sonia Devillers
Sonia Devillers