En thérapie
En thérapie
En thérapie - Arte
En thérapie - Arte
En thérapie - Arte
Publicité
Résumé

Comme l’écrivait récemment Pierre Langlais dans Télérama : « En ces temps où les chaines traditionnelles sont fragilisées, les adaptations rassurent les décideurs. »

En savoir plus

Le public a récemment plébiscité la série En Thérapie, conçue et réalisée par Olivier Nakache et Éric Toledano. Or, il faut quand même remarquer que cette série est le remake d’une série israélienne, BeTipul, qui a déjà fait l’objet d’un remake disponible en France : Therapy. Compliqué, non ? Connaissez-vous Je te promets sur TF1 ? Eh bien c’est un remake de la série américaine This Is Us. La Faute à Rousseau sur France 2 ? Un remake de la série catalane Philo. Mouche sur Canal ? Un remake de la série anglaise Fleabag. Insoupçonnable sur TF1 ? Un remake de la série britannique The Fall. Les Bracelets rouges ? Un remake de Polseres vermelles. Et je ne vous parle pas de nos séries historiques : Maguy, ou Un Gars, une Fille, Remake, remake, remake.

Bien sûr, certains remakes sont très réussis

À commencer par En Thérapie qui prend pour point de départ les attentats des années 2010. Mais quand même ! Pourquoi les programmateurs Français sont-ils à ce point timorés ? 

Publicité

Comme l’écrivait récemment Pierre Langlais dans Telerama : « En ces temps où les chaines traditionnelles sont fragilisées, les adaptations rassurent les décideurs. » Dites donc, ils sont drôlement frileux, les décideurs français. Ils se disent que si une série marche au Groenland, c’est sûr, elle marchera en France. 

Et, toujours dans Telerama, Stephane Kaminka, auteur en France de Malaterra, adapté du polar anglais Broadchurch, ajoute : « Un remake, c’est réconfortant ». 

Mais pourquoi avons-nous aussi peu d’imagination ? 

On est pourtant capable d’inventer chez nous des séries géniales, à l’image de l’admirable_Bureau des légendes_, ou du sublime _Baron noi_r, sans oublier le truculent Dix Pour Cent. Et pourtant, on multiplie les remakes. Le pire, c’est qu’ils nous pénalisent. Ben oui, comment voulez-vous vendre à l’étranger le remake, même réussi, d’une série étrangère ? Avouez que ce n’est pas facile. 

Mais que voulez-vous c’est ainsi : à force de mettre constamment le petit doigt sur la couture du pantalon, à force d’ouvrir en permanence un parapluie, la création française s’embourbe, en dépit des talents qui foisonnent.