France Inter
France Inter
Publicité

Projets de loi pour accélérer le nucléaire et l'éolien, plan de sobriété du gouvernement, directive européenne pour atteindre 45% d'énergies renouvelables... Les écolos, en sévère crise de leadership, passent-ils à côté de l'essentiel ?

Il paraît qu’on a vécu un été anormalement chaud, mais l’un des plus frais d’ici à 2050. Il semblerait que le Parlement soit saisi d’un projet de loi inédit visant à accélérer la production d’énergies renouvelables… Il paraîtrait même que dans 8 jours, le gouvernement d’Elisabeth Borne présente son plan de sobriété. Et je vais vous révéler un scoop : il y a un groupe écolo de 23 députés à l’Assemblée… Plus gros encore qu’en 2012, quand Cécile Duflot avait passé un accord avec les socialistes.

Vous me voyez venir... La planète des Verts ne tourne pas rond ! Leur contribution au débat public est inversement proportionnelle à la place qu’occupe désormais la priorité climatique dans nos vies. Bilan carbone catastrophique : depuis la rentrée, EELV brûle son énergie dans d’autres combats.

Publicité

Parce que l’écoféminisme n’en est pas un ?

Si, tout est lié dans l’écologie. Défendre le vivant, c’est aussi s’interroger sur les rapports de domination qui mènent à sa destruction, donc aussi aux relations entre les hommes et les femmes. A cet égard, la polémique sur le barbecue n’était pas qu’un écran de fumée.

Mais là, on ne respire plus, on ne voit plus rien. Sandrine Rousseau, matin, midi, et soir, éclipse partielle ou totale du reste ! C’est quoi, les Verts, depuis la rentrée ? Une bataille souterraine pour un Congrès dont seuls les initiés maîtrisent les subtilités. On se bagarre entre écuries rivales à coups de référendum militant sur des statuts censés rationnaliser l’excès de démocratie interne. Et ça dure, et tout devient suspect.

Derrière les sorties de Sandrine Rousseau, y a-t-il aussi de la basse politique comme au temps des petits meurtres entre camarades socialistes ? Elle nie : la lutte contre le patriarcat passe avant toute chose. A voir.

Les écolos n’ont plus de leader identifié. Yannick Jadot n’a jamais remonté le toboggan de la présidentielle. Julien Bayou, chef en retrait, recourt à une avocate, Marie Dosé, pour se défendre contre les siens ! Et quand on reparle de lui, c’est parce qu’il attaque Valérie Pécresse sur le financement de sa campagne présidentielle.

Qui, aujourd'hui, à part Sandrine Rousseau, passe le mur du son ? Les maires écolos, nombreux, issus de la vague verte de 2020, préfèrent cultiver leur jardin, leurs ZFE, leur plan vélo, loin du bruit parisien.

Et c’est un problème à quelques jours de la reprise au Parlement ?

Prenez la loi énergies renouvelables, qui passera d’abord par la case Sénat fin octobre. Les écolos vont être en position centrale, comme la droite l’a été, cet été, sur le paquet pouvoir d’achat. Sans eux, il n’est pas dit qu’Elisabeth Borne ait une majorité. Mais que dit le groupe sur le texte ? Rien n’est arrêté.

Pourtant, le 14 septembre, leurs alter ego du Parlement européen, eux, ont largement adopté la directive qui vise à atteindre 45% d’énergies renouvelables en 2030 dans l’Union européenne. La France est sous les 20%, je vous le rappelle. Bruxelles / Paris, il y aurait deux lignes chez les écolos sur la même question ? Il va falloir clarifier. Comment on arrive aux 100% renouvelables, que, eux, promettent en 2050 ?

Bon, c’est bien, les cellules d’écoute, à condition de pas rester enfermé ! Parce que, dehors, la maison brûle.