Les refugies ukrainiens au poste frontiere de Palanca en Moldavie et du cote ukrainien
Les refugies ukrainiens au poste frontiere de Palanca en Moldavie et du cote ukrainien
Les refugies ukrainiens au poste frontiere de Palanca en Moldavie et du cote ukrainien ©Maxppp - Gilles Bader / Le Pictorium
Les refugies ukrainiens au poste frontiere de Palanca en Moldavie et du cote ukrainien ©Maxppp - Gilles Bader / Le Pictorium
Les refugies ukrainiens au poste frontiere de Palanca en Moldavie et du cote ukrainien ©Maxppp - Gilles Bader / Le Pictorium
Publicité
Résumé

Effet collatéral : la guerre en Ukraine réhumanise la campagne présidentielle…

En savoir plus

Tout va très vite depuis six jours : le tournant militaire en Allemagne, l’Europe qui achète des armes pour les livrer à un pays agressé. Et chez nous, le ton de la campagne a changé. Il y a moins d’une semaine, vous auriez encore entendu des candidats pérorer sur l’immigration zéro. Mais l’émotion est telle devant le fracas des bombes à 2000 kilomètres de Paris que ce n’est plus le sujet, et plus du tout la priorité. Gérald Darmanin a réuni les préfets hier, pour organiser l'accueil des déplacés ukrainiens... Alors qu'il y a quelques jours, la campagne devait se faire sur la maîtrise des frontières et l'immigration contrôlée, d'ailleurs l'un des axes de la présidence française du conseil de l'UE.

Réhabilitation à vitesse grand V de la figure du « réfugié » ?

Oui, qu’il faut accueillir, aider, héberger, au nom de la convention de Genève, et qui le dit ? La fille de Jean-Marie Le Pen ! Combien d’Ukrainiens ont fui leurs pays ? Près de 700.000, nous dit le Haut-commissariat des Nations-Unies pour les réfugiés. Principalement des femmes et des enfants. Et il n’y a plus qu’Eric Zemmour pour préférer les cantonner à la Pologne !

Publicité

Ben voyons ! C’est toute sa matrice idéologique qui explose sous les bombes de Poutine. Rien ne va dans ce conflit. Sa théorie fétiche du choc des civilisations, celle de Samuel Huntington ? Hors sujet. Un pays majoritairement orthodoxe envahit son voisin orthodoxe… Où est le grand remplacement ? Et le maître de Tchétchénie, où l’on pratique la charia, Ramzan Kadyrov, envoie des troupes pour aider son allié russe… Rien ne va, je vous dis !

« On est chez nous ? » C’est plutôt « Bienvenue chez nous », le mot tendance aujourd’hui. A Lille, par exemple : la mairie a ouvert dimanche midi un site internet pour l’accueil de réfugiés ukrainiens, et en 24 heures, ce sont 1500 places qui ont été trouvées. Même la SNCF s’y met : les réfugiés prendront le train ? Oui et gratuitement.

Mais Yael, on parle des réfugiés ukrainiens…

Et c’est là où s’arrête cet édito candide et à l’eau de rose… Car il y a beaucoup de non-dits dans cet élan de solidarité. Enfin, pas que des non-dits, puisque le président de la Commission des affaires étrangères à l’Assemblée, le député Modem Jean-Louis Bourlanges, l’a lui-même assumé à la radio : les Ukrainiens constitueraient en France une « immigration de grande qualité, dont on pourra tirer profit », et il poursuit, parce que composée « d’intellectuels ».

Attendez, qu'on comprenne bien : il y aurait donc des réfugiés moins utiles… Parce que culturellement trop différents ? Pas chrétiens ou pas Européens ? Réflexe de voisinage pour aider d'abord celui qui nous ressemble ? Loi du mort au kilomètre, qui veut que plus l’horreur se produit loin de chez soi et plus on y est indifférent ? Comme s'il fallait dire « accueil de réfugiés » en parlant des Ukrainiens, mais « crise des migrants » si on évoque le sort des Irakiens, des Syriens ou des Afghans ! Beaucoup de commentateurs et d'éditorialistes de renom se sont paresseusement laissés aller à ces raccourcis conscient ou inconscient depuis jeudi…

Mais voilà un rapport qui mettra peut-être, un jour, tout le monde d’accord, celui du Giec. Dernière estimation : plus de la moitié de la population mondiale est d’ores et déjà « très vulnérable », aux impacts du réchauffement. Il y aura inévitablement des conflits, des déplacés.. Question : y aura-t-il aussi des trains gratuits pour tous les millions de futurs réfugiés climatiques ?