Arnaud Montebourg ©AFP - JEFF PACHOUD
Arnaud Montebourg ©AFP - JEFF PACHOUD
Arnaud Montebourg ©AFP - JEFF PACHOUD
Publicité
Résumé

Arnaud Montebourg n’est pas encore candidat mais… il propose un chemin à la gauche et procède par la demande politique… pas par l’offre.

En savoir plus

Vous l’avez entendu hier à ce micro. Au lieu de donner sa vision de ce qui serait bon pour le pays, il veut – et ça a sa logique - redéfinir les frontières sociologiques de la gauche (pour adapter ses propositions à la demande donc). 

Il s’agit de redéfinir ce que politologue Ernesto Laclau appelait le ‘eux’ et le ‘nous’, assumer une certaine conflictualité pour reconquérir le peuple perdu depuis les années 80, depuis que la gauche culturelle triomphante, a fait de la chanson de Renaud Mon beauf, un tube. 

Publicité

Les codes culturels de la gauche dominante, citadine (dite bobo) sont adaptés à la mondialisation (mixité, circuits courts) mais laisseraient une partie du peuple en dehors de l’histoire. 

Montebourg identifie trois blocs 

  • Le bloc bourgeois : PS, LREM, une partie de LR
  • Le bloc réactionnaire : une partie de LR et du RN pour le bloc réactionnaire.
  • Le bloc populaire au sens large… (Que Jean-Pierre Chevènement appelait l’alliance des productifs). Ce bloc, le plus important en nombre, s’abstient ou vote RN. Arnaud Montebourg lui propose de l’égalité et de la sécurité ; plus de solidarité et moins d’immigration ; de l’écologie et du nucléaire. 

En fait il propose, avec éloquence, d’allier ce qui plait au peuple de gauche et ce qui plait au peuple de droite

Mais c’est une chose de dessiner les contours sociologiques de la population visée, de lui tailler sur mesure un discours assurément efficace ‘voilà plus d’égalité de gauche et de sécurité de droite’… C’en est une autre de mettre cette proposition en œuvre ! En politique la cohérence des mots n’entraine pas toujours celle des actes !‘Vous aimez les saucisses et vous aimez la chantilly ?’ Attention ! Dans l’assiette ça fait des saucisses à la chantilly !

Exemple ? Comment Montebourg l’apiculteur bio, anti-pesticides, s’y prendra pour convaincre l’agriculteur (membre du bloc populaire, donc) qui survit grâce aux pesticides ? Il faudra qu’il choisisse le bio écolo ou le pesticide productiviste. Ces mots pourront nous convaincre que l’on peut changer la nature du productivisme mais pour réaliser, concrètement cette idée, ce sera long et pénible. 

Alors un autre Montebourg viendra lui reprocher de parler au peuple avec des accents bobos. La gauche de gouvernement s’est déjà cognée à ce mur ! La proposition montebourienne comme la macronienne, constitue un dépassement du clivage gauche-droite. Par le libéralisme pour le premier, par l’interventionnisme pour le second. On éprouve les limites du dépassement macronien. Mais il réunit des gauches et des droites proches, centrales. La gauche sociale et la droite régalienne que veut unir Arnaud Montebourg peuvent-elles constituer une cohérence ou sont-elles les ingrédients indigestes d’une saucisse-chantilly ou d’une fraise à la moutarde ? Il faudra, pour le savoir, qu’Arnaud Montebourg précise la façon dont il compte articuler, très concrètement tout ça. Passer du livre de cuisine au fourneaux, bref, au moins attendre qu’il soit candidat. S’il l’est ! 

Références

L'équipe

Thomas Legrand
Thomas Legrand
Thomas Legrand
Production
Thomas Legrand
Thomas Legrand