L’acteur et réalisateur Yves Rénier et Edward Meeks, dans les Les Globe-trotters, série télévisée diffusée en 1966 sur la première chaîne de l'ORTF. ©AFP - FRANCO LONDON FILMS / ORTF / COLLECTION CHRISTOPHEL
L’acteur et réalisateur Yves Rénier et Edward Meeks, dans les Les Globe-trotters, série télévisée diffusée en 1966 sur la première chaîne de l'ORTF. ©AFP - FRANCO LONDON FILMS / ORTF / COLLECTION CHRISTOPHEL
L’acteur et réalisateur Yves Rénier et Edward Meeks, dans les Les Globe-trotters, série télévisée diffusée en 1966 sur la première chaîne de l'ORTF. ©AFP - FRANCO LONDON FILMS / ORTF / COLLECTION CHRISTOPHEL
Publicité
Résumé

Retour dans l'Effet Miroir, sur la carrière de l'acteur et réalisateur Yves Rénier, décédé dans la nuit du vendredi 23 au samedi 24 avril, célèbre pour son rôle dans la série Commissaire Moulin mais pas seulement.

En savoir plus

Yves Rénier aura marqué pendant 60 ans l’histoire de la fiction télé, ce qui explique en partie pourquoi, chacune des séries ou des téléfilms dans lesquels il a joué ou qu’il a réalisé ont toujours réuni un public très fidèle et éclectique. 

C’est d’ailleurs ce que j’avais constaté au festival Séries Mania où il était revenu sur son parcours. Dans la salle, il y avait les fans de Belphégor, les nostalgiques de la série Globe-Trotters, les téléspectateurs assidus du Commissaire Moulin mais aussi du téléfilm Jacqueline Sauvage … car oui Yves Rénier était tout ça pas uniquement le Commissaire Moulin, son rôle phare pendant plusieurs décennies et dont il a endossé les costumes (au pluriel) 

Publicité

Yves Rénier fut d’abord, en série, le gendre idéal, découvert par le grand public dans la série Belphégor en mars 1965 dans le rôle d’un jeune étudiant, André Bellegarde, qui tente de percer le mystère du fantôme du Louvre avec Colette, la fille du commissaire Menardier (Christine Delaroche) le couple a fait rêver alors la France entière et c’est peut-être là que nait cette affection réelle et indéfectible entre les téléspectateurs et le comédien. 

De gendre ou fiancé idéal des français, il deviendra, un an plus tard, Pierre, un journaliste aventurier dans Les Globe-Trotters de Claude Boissol dans une France de la fin des années 60 où la jeunesse rêve d’aventures et de découverte. Il y aura une quarantaine d’épisodes tournés un peu partout dans le monde, ce qui était très rare pour la télévision française, et c’est peut-être, là aussi, qu’il devient le symbole d’une jeunesse française qui rêve d’émancipation. 

Il retrouve d’ailleurs le réalisateur Claude Boissol dans une autre aventure internationale mais historique cette fois ci en 1979 dans Pour tout l’or du transvaal où il est un médecin dans une mine d’or en Afrique du sud en pleine guerre des boers. 

Et c’est Claude Boissol, encore lui, qui permet à Yves Rénier d’incarner le célèbre Commissaire Moulin qui à son arrivée en août 1976 sur TF1 est une  véritable révolution … sur un air de François de Roubaix. 

Jusque-là le polar à la télé française c’était le Cluedo sociologique des 5 dernières minutes et le bon Jean Richard mais pèpère, Inspecteur Maigret, avec sa bière et ses sandwichs. C_ommissaire Moulin_, première époque est d’ailleurs écrite par des scénaristes talentueux, autour de l’auteur de roman policier Paul Andréota. Leur but est de rajeunir la série policière tricolore, et ça marche. 

Au bout de quelques épisodes, Yves Rénier pousse même à ce que son personnage endosse un blouson de cuir puis chevauche même une moto pour que son flic de fiction colle un peu plus à l’image des jeunes policiers qui entrent dans le métier à l’époque et donne au passage un esprit plus proche des séries américaines au Commissaire Moulin

Cette première époque dure jusqu’en 1982 mais s’arrête car entre Yves Rénier et les auteurs rien ne va plus. 

Les rediffusions cartonnent toutefois, tout au long des années 80, ce qui explique son retour, en 1989 en pleine vague du héros récurrent au côté des Navarro, Julie Lescaut et compagnie durant une quinzaine d’années. 

Pour ce retour, Yves Rénier fait appel à un ex-flic devenu romancier, Georges Moréas afin d’écrire de nouveaux épisodes et c’est dans cette seconde période que le personnage deviendra un justicier décrié car souvent borderline dans la lignée de Rick Hunter (qu’Yves Rénier doublera d’ailleurs) mais aussi et c’est à noter dans des enquêtes souvent plus réalistes que celles des autres flics du petit écran et amorce une nouvelle approche plus sombre qu’incarnera plus tard Olivier Marchal dans Braquo par exemple. 

Quand Moulin s’arrête définitivement au milieu des années 2000, Yves Rénier avait un rôle central dans Dolmen et en guest dans Léo Mattei ou Plus Belle la vie, mais surtout en tant que réalisateur de téléfilms inspirés de faits réels où il s’intéresse au monde pénitentiaire dans Médecin chef à la santé ou aux grandes affaires policières et judiciaires dans lesquels il redonne une véritable place aux victimes comme dans Jacqueline Sauvage

Intéressant parcours effet miroir donc que celui d’Yves Rénier, qui a joué et réalisé dans des fictions à l’image des évolutions de la société française et aura incarné une certaine idée du justicier français dans toutes ses dimensions des plus lumineuses aux plus sombres et complexes. Avec la disparition d’Yves Rénier qui n’a donc pas existé uniquement pour et par Moulin, c’est tout un pan de l’histoire des séries françaises qui s’est éteint avec lui. 

Références

L'équipe

Benoît Lagane
Production