Annie Ernaux, la désobéissante

Annie Ernaux pose pour un portrait au Festival delle Letteratura, le 20 juin 2016 à Rome, en Italie.
Annie Ernaux pose pour un portrait au Festival delle Letteratura, le 20 juin 2016 à Rome, en Italie.  ©Getty - Camilla Morandi - Corbis
Annie Ernaux pose pour un portrait au Festival delle Letteratura, le 20 juin 2016 à Rome, en Italie. ©Getty - Camilla Morandi - Corbis
Annie Ernaux pose pour un portrait au Festival delle Letteratura, le 20 juin 2016 à Rome, en Italie. ©Getty - Camilla Morandi - Corbis
Publicité

Quand, en 2008, Annie Ernaux a envoyé son manuscrit chez Gallimard, son seul et unique éditeur depuis toujours, elle a eu peur.

Elle est de celles qui à partir du matériau réel de sa vie propose des récits qui en généralisent la singularité pour l’ouvrir à sa dimension collective. L’œuvre d’Annie Ernaux a fait l'objet d'innombrables thèses de doctorat. Et l'on n'a pas fini d'analyser sa manière, à la fois singulière et universelle, d'écrire sans jamais oublier d'où elle vient: le café-épicerie que tenaient ses parents, à Yvetot, en Haute-Normandie. Elle a inventé la fiction documentaire à travers le filtre de sa propre histoire et continue à conjuguer mémoire individuelle et mémoire collective dans un kaléidoscope de souvenirs. Nous avons le plaisir de la retrouver ce soir dans l'Heure Bleue.

Extrait du livre "Les années" d'Annie Ernaux lu par Isabelle Huppert

Isabelle Huppert lit un extrait de "Les Années" d'Annie Ernaux (5/5)

21 min